Robustement (hommage)

Lorsque j'ai commencé à lire sérieusement des blogs, entre avril 2004 et février 2005, rayonnant à partir de Matoo et Gvgvsse, j'ai découvert un monde qui commençait déjà à s'estomper, j'arrivais déjà trop tard: les blogs de Mennuie et Manu n'étaient plus accessibles, celui de la Fille aux gants non plus, etc. (Matoo conserve les liens des blogs disparus, plus exactement, il n'efface pas les liens au fur à mesure. Je l'en remercie. C'est frustrant et nostalgique, je ressens un grand regret pour tous les blogs que je n'ai jamais parcourus, je déteste les blogs effacés, c'est encore plus triste quand il s'agit de blogs perdus, comme Gvgvsse m'a expliqué que c'était le cas de celui de Manu). Rien à faire, un blog qui n'est pas né avant 2004 ne sera jamais pour moi "un vrai blog" mais juste un effet de mode. Je suis très snob. En tournant un peu, je suis inévitablement arrivée chez Berlinette. I like her style. Je vous laisse lire un post sur les tournesols, un autre sur les pauvres, un troisième sur un chat,… Dommage qu'elle écrive de moins en moins. J'aime l'équilibre qu'elle parvient à trouver dans certains posts où le second degré n'est pas du second degré, où toutes les interprétations ne paraissent pas seulement possibles, mais vraies. Graine d'écrivain, à mon avis, mais je ne suis pas sûre qu'elle en prenne jamais le temps.


Toujours est-il que j'ai cru m'étrangler en découvrant cela :




Qu'en déduire, mon Dieu, mon Dieu : Patrick Artus lirait Berlinette?

Comment l'entendez-vous ?

J'ai une otite.

Je découvre que j'utilise l'oreille droite pour le téléphone fixe et l'oreille gauche pour le portable.
Enfin, quand les deux (oreilles) sont en ordre de marche.

Digressions historico-politico-familiales

En sortant de La vie des autres, H. évoque un souvenir d'enfant du début des années 70: sa grand-mère yougoslave naturalisée française, devenant hystérique à la frontière, refusant d'entrer en Yougoslavie où ses enfants l'emmenaient en vacances revoir sa famille. Elle craignait qu'"ils" ne la laissent plus repartir.
J'évoque mes propres souvenirs, le kilo de café envoyé d'urgence en Pologne pour dépanner la famille qui avait emprunté du café à des voisins pour un mariage et n'arrivait pas à s'en procurer pour le rendre, un cousin éloigné de papa qui venait parfois à Vierzon avec sa fille voir ma grand-mère, mais jamais avec sa femme et son fils, qui restaient en Pologne pour garantir son retour. Ce cousin habitait près d'une église désaffectée, la nuit on venait le chercher pour être parrain lors de baptêmes célébrés en cachette. Il était parrain d'innombrables enfants.
Je me souviens de ma découverte du mot apatride («Ça veut dire quoi apatride?») à côté du nom de Martina Navratilova lors des matches de Roland-Garros et de l'horreur que ce mot avait fait naître, apatride, pire qu'exilé, sans aucun lieu pour se poser ou se reposer.
Je méprise les intellectuels occidentaux qui ont supporté le communisme. Je supporte mal un certain anti-américanisme. Quelles que soient les errances d'un président, les actions géopolitiques absurdes, violentes, hégémoniques, de soixante années de politique internationale américaine, on ne peut les comparer à ce qu'ont connu les pays du bloc soviétique, ne serait-ce que parce qu'on peut évoquer tranquillement cette politique brutale sans risquer sa vie (et je reste le souffle coupé devant un film comme Docteur Folamour, sorti en pleine guerre froide, un an après la mort de Kennedy). Les actuelles compromissions des pays occidentaux avec la Russie de Poutine ou la Chine me sont odieuses.

Je me souviens d'un devoir d'histoire en terminale, le professeur avait eu un geste désabusé au moment de la correction: «Personne n'a compris l'enjeu de ce texte, il s'agit d'évaluer la possibilité et les conditions de la réunification de l'Allemagne», je l'avais regardé comme s'il était fou: réunification? mais c'était totalement impossible, comment pouvait-on seulement y songer?
Je me souviens exactement de la première fois où j'ai entendu le mot pérestroïka, j'étais au lit à l'internat, j'écoutais la radio, le doute et la joie se mêlaient, fallait-il y croire, pouvait-on y croire, ne risquait-on pas d'être joué?
Je me souviens de la décision de la Hongrie en septembre 1989, j'étais en formation à Périgueux pour mon premier emploi, je regardais la télévision le soir seule dans ma chambre d'hôtel, le monde entier retenait son souffle. En juin, les étudiants chinois de la place Tian Anmen avaient été écrasés, qu'allait-il se passer?
Je ne comprends pas que Mikhaïl Gorbatchev ait totalement disparu de l'actualité, il est l'homme qui a le plus profondément changé le monde depuis 1945.

Tandis que passe la bande-annonce de Goodbye Bafana, C., 14 ans, demande: «C'est qui, Nelson Mandela?» Mon cœur manque un battement, est-il possible de ne pas savoir qui est Nelson Mandela? Je me souviens du regard de profond mépris de mon voisin en classe de seconde, lycéen sur-politisé comme il y en avait quelques-uns (entourés de quelques filles à longues jupes qui sentaient le patchouli), parce que je ne savais rien du boycott des oranges Outspan.

Parfois j'essaie d'imaginer ce qu'a pu être la décolonisation pour nos parents ou nos grands-parents, ou ce que c'était de vivre avant la seconde guerre mondiale. Le sentiment du monde est incommunicable, il ne peut qu'être imparfaitement reconstitué par recoupements successifs.

La Vie des autres

Zvezdo, Phersu, Matoo, avaient écrit sur ce film… Seul le billet de Matoo est encore accessible huit ans plus tard.

Je m'attendais donc à ce que ce soit bien, mais cela m'a plu au-delà de mes attentes, je suis vraiment contente d'avoir pu voir ce film en salle. Bien sûr qu'on peut l'accuser d'être idéaliste, mais c'est justement ce qui fait du bien. Ce film réussit le tour de force d'être triste (tout le monde a les yeux rouges en sortant de la salle) et de vous laisser réconfortés. C'est une rare performance.

Le reste du billet tient du spoiler.
(Visiblement la fonction qui permet de cacher la suite du billet en mettant un lien "Lire la suite..." a dû être désactivée la dernière fois que le code de ce blog a été bidouillé. Tant pis).

Mon moment préféré est sans doute le dialogue avec le petit garçon dans l'ascenseur:
— C'est vrai que tu es de la Stasi?
— Tu sais ce que c'est, la Stasi?
— C'est des méchants qui mettent les gens en prison.
— Je vois. Qui t'a dit ça?
— C'est mon papa.
— Ah. Et comment s'appelle... euh...
— Comment s'appelle qui?
— Ton ballon. Comment s'appelle ton ballon.
— T'es drôle, toi. Ça n'a pas de nom, un ballon.
Pour moi c'est le tournant du film, la fêlure. Et ce petit garçon joue très bien.

J'ai envié le décorateur qui a eu en charge le décor de la chambre d'Albert Jerska.

1984 fait bien sûr penser à 1984. J'ai été frappée que la structure du chantage exercé sur Christa-Maria Sieland soit exactement la même que celui exercé dans 1984: amener à trahir l'être aimé en mettant à jour la peur la plus profonde du sujet. Dans 1984, il s'agit de la peur des rats, dans La Vie des autres, il s'agit de la peur de ne pas remonter sur scène.

Note huit ans après: chez Phersu, de mémoire, quelqu'un avait fait remarquer dans les commentaires que si l'agent de la Stasi avait correctement fait son travail au lieu de chercher à protéger les déserteurs (le mot exact m'échappe), ceux-ci auraient su qu'ils étaient écoutés lorsqu'ils firent un test et rien ne serait arrivé (ou: l'enfer est pavé de bonnes intentions).

J'ai beaucoup aimé les fins successives qui s'emboîtent, donnant une couleur différente au film à chaque fois.
- Si le film s'était arrêté au moment de l'accident de l'actrice ou au moment où Grubitz promet à Wiesler qu'il ouvrira le courrier le reste de sa carrière, il se serait agi d'un film classique dénonçant un régime politique et plus généralement illustrant l'implacabilité du destin, le peu de poids d'un homme face à l'Histoire.
- S'il s'était arrêté sur le visage de Gorbatchev ou au moment où Wiesler apprend la chute du mur, il aurait illustré que «les méchants meurent aussi» et qu'«il y a tout de même une justice, il suffit d'attendre».
- Lorsque le film nous montre Dreyman lisant son dossier, il se fait documentaire, illustrant la façon dont l'Allemagne a choisi vivre avec passé. (Et j'ai pensé à ce vitrail de la cathédrale d'Ulm consacré aux Juifs, montrant tout en bas les déportés destinés à être assassinés).
- En se terminant comme il se termine, il donne une place prépondérante à l'art, mais aussi aussi à la gratitude et à la reconnaissance. C'est sans doute pour cela qu'on se sent aussi bien en sortant, un peu consolés, un peu rassurés.
La dernière réplique est excellente.

En faisant quelques recherches en écrivant ce billet, j'ai découvert le blog eurotopics.

Primer

Si vous allez voir Primer (film culte, 7000$ de budget, blablabla), je vous serai reconnaissante de m'expliquer ce que vous aurez compris. Il paraît que toutes les réponses sont dans le film. Mais je n'ai même pas compris la question.
De plus, je ne vois pas l'intérêt d'un film composé uniquement de dialogues, pratiquement sans image.

(Cela m'a rappelé le film d'amateur tourné en première par un ami fan de Spielberg. C'était la grande époque de E.T.. Il avait recruté ses acteurs parmi nous et tourné un remake parodique des séries américaines de l'époque. C'était incompréhensible mais nous étions heureux.)


P.S.: Je viens de découvrir l'article de Wikipedia. Je vais l'étudier de près… A vous de voir si vous le lisez avant ou après… Mais euh… Je ne vous encourage pas à y aller…

Pars vite et reviens tard

H. étant un fan de Fred Vargas, nous sommes allés voir Pars vite et reviens tard.

L'impression est mitigée. Je ne me suis pas ennuyée, ce qui n'est déjà pas si mal (cela renseigne peu. Précisons (au risque de faire hurler Patrick): je ne m'ennuie pas devant Tais-toi! ou Bernie ou 8 femmes ou Ridicule, je m'ennuie devant Chacun cherche son chat ou Y aura-t-il de la neige à Noël? ou La Comédie de l'innocence ou Merci pour le chocolat. A bas les films intimistes à la française!)

La moitié des acteurs (dont Marie Gillain, je suis un peu déçue) ont l'air mal à l'aise devant la caméra. («Quel est le meilleur acteur français? Gérard Depardieu, hélas», est une paraphrase tentante.) Je n'ai pas réussi à trouver le nom de la black qui joue la pensionnaire sans papier (Lisbeth). Elle est bien.
C'est un film pour Parisiens, de préférence flânant souvent près de Beaubourg. J'ai beaucoup aimé les images des places, des toits, des ciels, des feuilles d'automne, du cimetière, des maisons en briques rouges de Clichy, j'ai été agacée par la caméra toujours en train de bouger, de zapper, incapable de prendre son temps devant ce qu'elle montre comme si elle avait peur de nous ennuyer, incapable de nous imposer son point de vue, en un mot manquant d'autorité. Agaçant également les couleurs, trop vives ou assombries, comme vues à travers de la fumée. Jeu réussi sur les lumières floutées, en revanche.
L'histoire tient moyennement debout mais ce n'est pas très grave.
Pensé fugitivement à Tlön et à Conrad en entendant: «En Afrique, on perd très vite ses repères, tout devient possible.»


En sortant, C. demande : Tu crois que c'est vrai, l'histoire du diamant à la main gauche pour se protéger de la peste?
H. répond oui, il a vérifié après avoir lu le livre.
— Tu as vérifié sur internet?
— Oui…
— Alors c'est l'histoire d'un mec qui lit Pars vite et reviens tard puis qui écrit un article dans wikipédia consulté ensuite par un mec qui veut vérifier les informations contenues dans Pars vite et reviens tard
J'étais morte de rire et H. pas content.

Ah, et puis il faut que je pense à mettre une pipette anti-puces aux chats ce week-end (c'est toujours moi qui me fait piquer, désormais je sais que j'ai le sang le plus chaud de la famille).

Voilà qui explique tout

Pour la première fois dans l'histoire de la Ve République, les électeurs vont avoir à se prononcer entre deux vénusiens.

Françoise Hardy in Paris Match du 4 janvier 2007

Dermatix en spray

Les pharmaciens ne commercialisent pas ce produit, ils n'en disposent qu'en tube de 15 grammes. Le tube de 60 grammes et le spray se commandent auprès du fabricant.

En faisant une recherche sur internet, j'ai trouvé des forums qui en parlent, mais les modérateurs effacent les coordonnées de l'entreprise.
J'ai fait une recherche dans la presse et dans societe.com: Dermatix était commercialisé par ICN Pharmaceuticals France SA qui a changé de nom pour devenir Valeant Pharmaceuticals France SAS tout en changeant d'adresse de siège social pour passer de Versailles à Orsay!

Après une longue traque, voici le numéro de téléphone où vous pourrez joindre une charmante dame pour commander du Dermatix en spray : 01 39 49 65 50. (Si les ventes décollent, j'espère qu'ils me proposeront une commission). Je lui ai signalé la difficulté qu'il y avait à trouver leur coordonnées, de même que la France n'apparaît pas dans la liste des pays du site Dermatix1.
Ce numéro correspond à l'adresse suivante : 2 rue du pont Colbert, immeuble le Montcalm, RP3516, 75035 Versailles Cedex. C'est l'adresse où il faut envoyer vos commandes.

Je mets en ligne un scan du bon de commande (je précise que je n'ai pas d'actions dans la société, je ne fais cela que pour vous faire profiter de mes recherches):





Je mets également en ligne les informations que j'ai recueillies au cours de mes recherches. Le dernier article est destiné à vous recommander la patience: il faut compter deux ans avant de s'inquiéter.

VALEANT PHARMACEUTICALS FRANCE S.A - RCS 382 407 575 : Modifications et mutations diverses
BODACC n° B024 - 3 Février 2006 - Annonce n° 1737 - Référence : 06.9024.1682.000 - Yvelines (78) Ile-de-France (11) - Tribunal de commerce de Versailles
RCS Versailles B 382 407 575. RC 05-B 1490. VALEANT PHARMACEUTICALS FRANCE S.A. Forme : S.A. Objet : Commentaires : modification survenue sur la dénomination.

ScarTreatment
Commercialisation d'un nouveau traitement pour les cicatrices en Europe
Bâle, Suisse, October 29 /PRNewswire/ -- ICN Pharmaceuticals a annoncé la commercialisation en Europe de son gel breveté de remodelage des cicatrices, Dermatix(tm).
Dermatix est le premier gel topique de silicone à séchage automatique utilisable pour améliorer l'apparence des cicatrices existantes et prévenir la formation de cicatrices anormales après un traumatisme, une lésion ou une brûlure. Il a été développé à partir du même polymère de base de longue chaîne que les plaques de gel topique de silicone, dont l'efficacité clinique a été démontrée pour les cicatrices hypertrophiques et chéloïdes. Dermatix peut également être utilisé en pédiatrie, car il ne contient aucun ingrédient actif et présente une biocompatibilité et une tolérabilité absolues lorsqu'il est employé conformément aux instructions.
>Dermatix sèche pour former une pellicule de silicone souple et constitue ainsi une membrane hydrofuge et perméable au gaz qui agit comme une couche de peau supplémentaire. Il aide à aplanir, adoucir et atténuer la cicatrice tout en assurant le maintien de l'équilibre hydrique et de l'élasticité de la peau adjacente. Il s'est également révélé réduire la décoloration et les démangeaisons associées aux cicatrices.
Simple d'utilisation, Dermatix est particulièrement adapté aux endroits très visibles et difficiles à traiter tels que le visage, les extrémités et les articulations. Ce gel transparent et inodore sèche rapidement et peut être utilisé avec des cosmétiques. Il convient aux peaux délicates et sensibles.
Les plaques de gel de silicone sont fréquemment utilisées pour le traitement clinique des cicatrices hypertrophiques et chéloïdes depuis le début des années 1980. Leur efficacité est démontrée et elles sont désormais employées par la plupart des chirurgiens plasticiens. Résumant les techniques et pratiques de traitement, l'International Advisory Panel on Scar Management(1) a déclaré que les plaques de gel de silicone et les corticostéroïdes intralésionnels étaient les seuls traitements dont l'efficacité était suffisamment éprouvée pour faire l'objet de recommandations fondées.
Selon le rapport, les plaques de gel de silicone doivent être considérées comme un traitement de première intention et prophylactique. Elles doivent être utilisées peu après la fermeture chirurgicale, une fois qu'un épithélium s'est formé sur l'ensemble de l'incision, pendant un mois minimum. Les recommandations mettent également l'accent sur la prévention plutôt que le traitement, en soulignant l'importance d'une excellente technique chirurgicale et de la prévention des infections post-chirurgicales. Les cotations et échelles de classification des cicatrices doivent également être aussi significatives que possible au niveau clinique pour permettre une identification claire des améliorations objectives.
Il était auparavant difficile de démontrer scientifiquement l'efficacité des traitements pour les cicatrices en raison du manque de mesures objectives de ces dernières. Une nouvelle technique permet néanmoins de prendre des photos en 3D et de les convertir en données numériques. Le département de chirurgie plastique du Royal London Hospital utilise cette nouvelle technique pour mesurer l'efficacité de Dermatix dans la prévention des cicatrices anormales chez des patientes ayant subi une réduction mammaire. Le traitement est utilisé d'un seul côté, l'autre restant non traité à des fins de comparaison. Un chirurgien plasticien dispose désormais d'une bourse de recherche à plein temps pour réaliser cette étude, qui devrait prendre deux ans.
Dermatix possède une marque CE en tant que dispositif médical de classe I dans l'ensemble de l'UE. Sa formulation brevetée est approuvée en tant que dispositif médical en Amérique du Nord.
Référence: 1. Bayat A et al. BMJ 2003; 326:88-92
Pour plus d'informations, veuillez contacter : Sally Robinson, Wavelength PR, +44 (0)1962 867540

Abstract dermatologie
Lundi 1er Novembre 2004
Cicatrices hypertrophiques
Toutes les cicatrices s'améliorent spontanément en 18 à 24 mois. A l'exception des cicatrices hypertrophiques, les traitements ne doivent être proposés qu'après cette période. Il faut distinguer les cicatrices hypertrophiques simples, qui ne dépassent pas latéralement les bords cicatriciels de la plaie, des cicatrices chéloïdes siège d'un processus hypertrophique important tant en épaisseur que latéralement. Il existe par ailleurs les cicatrices érythémateuses persistantes (plus de 2 ans) sans hypertrophie, par absence d'apoptose des néo-vaisseaux. Le traitement de base, incontournable des cicatrices hypertrophiques inflammatoires, repose en premier lieu sur la compression : casques et vêtements compressifs, plaques siliconées armées type cicacare et, surtout en pratique dermatologique, sur les pansements hydrocolloides (plaques épaisses ou fines suivant la localisation) qui sont moins onéreuses, tiennent bien et sont facilement adaptables. Il est indispensable de laisser ces plaques 24heures sur 24, pendant plusieurs mois ('effet traitant passant probablement par la non mobilisation de la cicatrice par les tissus avoisinants). L'application des plaques hydrocolloides permet par ailleurs de faire disparaître le prurit souvent associé. L'orateur n'a pas l'expérience du silicone liquide type Dermatix. Le deuxième traitement souvent utilisé repose sur les injections intra-cicatricielles de corticoïde retard. Elle ne doivent pas être faites au Dermojet mais à l'aiguille (26 à 30G) en infiltration rétrotraçante intradermique, le produit étant injecté au fur et à mesure que l'on retire l'aiguille. Il faut rester dans un plan tangentiel et ne pas injecter en sous cicatriciel. Il faut bien secouer l'ampoule avant injection afin de faire disparaître les cristaux et avoir une préparation homogène. Les injections seront espacées tous les 2 mois. Le laser à colorant puisé (595 nm pour les cicatrices hypertrophiques, 590 nm pour les cicatrices érythémateuses simples) peut aussi être utilisé, ainsi que les lasers semi-continus pour les télangiectasies. Les cicatrices chéloïdes ne sont pas améliorées par le LCP, le processus hypertrophique pouvant même être réactivée.
D'après la communication du Dr T. Fusade


1 : choisir [Belgium (french)] tant que France n'est pas proposée dans la liste: le site est très intéressant.

La tête dans les étoiles

Je suis repassée au bureau des objets trouvés de Beaubourg. Les hôtesses sont très jolies et très aimables (l'un sans l'autre, c'est moins bien).
Elles m'ont laissé consulter sans difficulté le cahier des objets trouvés, ce que des agents plus aguerris ne m'auraient sans doute pas laissé faire. A voir la quantité de pièces d'identité, téléphones et bijoux qui sont déposés aux objets trouvés, on est soudain rassuré sur la gent humaine, quelle honnêteté.

Je n'ai toujours pas trouvé mon chapeau, mais j'ai soudain pensé (trois mois, cela ne m'aura pris que trois mois!) qu'il faut que je téléphone à Flatters, le plus probable est tout de même que je l'ai laissé chez lui.

L'exposition Hergé est gratuite. Dans l'immense hall d'entrée sont peintes sur le sol des insultes (végétarien! (j'ai pensé à writ)), des onomatopées (bing! bang! pif!) et des étoiles comme il en tourne autour de la tête des héros ou des malfrats quand ils se font assommer. C'est un agrandissement exact des étoiles des bandes dessinées, elles sont disposées de la même manière, ce qui fait qu'il reste un vide là où se trouverait la tête du personnage. Je reste quelques temps à observer les touristes qui s'allongent sur le sol la tête dans ce creux d'étoiles et se font photographier ainsi, dans un tourbillon d'étoiles multicolores.

La dernière vidange

Titre idiot, private joke: "Un vieux pleure dans son coin, son cinéma va fermer, c'était la dernière séance,…"

Mon garagiste va fermer.

Lorsque Ka a écrit un billet sur Mazda, j'ai failli en écrire un moi aussi. Mais Ka était célèbre, je ne le connaissais pas et mon blog existait depuis deux semaines, je n'ai pas osé.

Mon garagiste va fermer, je suis triste, vendredi j'ai cru que j'allais me mettre à pleurer entre un pneu et un bidon d'huile, avec l'indécence de ceux qui font étalage de leur émotion devant qui souffre plus qu'eux.

Ma première voiture, en 1989, fut une Mazda. A l'époque nous habitions Bordeaux. Mon beau-père — qui ne l'était pas encore — m'offrit cette voiture, ce qui me toucha beaucoup (Bon évidemment, c'était pour que je puisse entretenir son fils... Mais ne soyons pas mesquine. (Dans ma famille, le style était plutôt : "Ne lui offre rien, il va partir avec". (Ma mère me le dit un jour alors que j'offrais à H.... un peignoir.)))

J'ai adoré cette voiture. Elle était moche, la pauvre, couleur doré métallisé dévitalisé par le temps, elle avait alors dix ans. C'était une 323, mais les numéros resservent éternellement chez Mazda, cela ne donne aucune indication sur sa ligne générale: elle ressemblait à une Visa.
Elle avait un atout incomparable, c'était une propulsion, légère à la main, elle se conduisait avec deux doigts, une merveille. Elle craignait le froid, toussait beaucoup, mangeait de l'huile. Combien de fois ne me suis-je pas retrouvée le matin en escarpins et jupe serrée à examiner la jauge, à la grande réprobation des voisins, qui visiblement estimaient que ce n'était pas à moi de faire cela? Lorsque j'oubliais la clé à l'intérieur (cela m'arrivait régulièrement («Mais c'est pas vrai! Encore!»)), il suffisait de se procurer une paire de ciseaux pointus, d'introduire la lame la plus fine dans la serrure et de faire levier avec l'autre, doucement, en cherchant le déclic.
On nous l'a volée une première fois en 1990. Je rêvais la nuit qu'on la retrouvait dans un tel état que H. refusait que je voie la carcasse. On l'a retrouvée un mois plus tard, intacte, sur un parking.

En 1991, nous avons déménagé et nous nous sommes installés à Aubervilliers, carrefour des Quatre-chemins. Nous avons retrouvé l'arrière de la voiture enfoncé un matin. Accident de parking. Nous n'étions pas assurés tous risques. C'était grave pour nous, H. faisait son service militaire et j'étais au chômage; on tirait le diable par la queue. La voiture était garée devant le café en bas de chez nous, nous avons cuisiné le vieil Arabe qui le tenait, nous devions avoir l'air bien démunis et bien malheureux, il a dénoncé un de ses collègues de Pantin en nous faisant promettre de ne pas dire que c'était lui qui nous avait renseignés. Je me revois dans le café de ce collègue, à boire je-ne-sais-quoi, un constat dans mon sac, à me demander avec désespoir ce que j'allais faire s'il niait tout en bloc.
Il n'a rien nié, l'air honteux il a tout signé sans rien contester. C'est ainsi que nous avons découvert le garage Idoux à la Courneuve, concessionnaire Mazda et agréé par notre société d'assurances. L'expert a accepté de réparer notre voiture (ce n'était pas évident car elle avait tout de même douze ans, mais elle était "très propre", comme ils disent dans le métier (ce qui veut dire sans défaut de carosserie, car nos voitures ne sont pas lavées bien souvent...)), faisant de nous des clients fidèles et reconnaissants, et nous n'avons plus changé de garagiste, même lorsque nous avons déménagé à Villecresnes (94).

C'était un garage hors du temps, à l'extrémité de la ligne 7. A cent mètres du carrefour, on trouvait des ateliers coincés entre de petits pavillons de banlieue qui auraient fait bonne figure chez Gustave Lerouge ou Léo Malet. Il y avait au mur une photo que j'adorais, qui représentait le "vieil Idoux" et deux mécanos torse nu devant une traction avant. Nous n'amenions pas souvent la voiture chez eux puisque nous n'avions pas beaucoup d'argent, mais toujours elle en ressortait excellement réglée, consommant moitié moins d'essence pendant deux ou trois mois.

En 1993, lorsque nous avons voulu acheter une voiture, nous nous sommes naturellement adressés à ce garage. H. a été persuadé un temps que je l'avais laissé acheter ce qu'il souhaitait, avant que je ne lui avoue que je l'avais poussé à acheter ce que je voulais, c'est-à-dire une voiture à la ligne coupée en souvenir de la Fiat 124 que mon père possédait quand j'avais six ou sept ans (Fiat aux sièges baquets, au levier de vitesse en bois et au volant cerclé de cuir, avec le moteur à l'arrière).
Cette voiture aura bientôt 300 000 km. Maintenant qu'elle ne nous sert plus que pour de courts trajets, j'espère la garder encore dix ans. Pour l'anecdote, ajoutons que mon dernier fils y est né, ce qui fait que depuis qu'il a vu le film Tournage dans un jardin anglais, il rit beaucoup de savoir qu'à la question «Où es-tu né?» il peut répondre «Ici» n'importe où à condition d'être dans cette voiture.

En 1999, on nous a volé "la vieille". Cinq ou six autres voitures de valeur aussi faible ont été volées la même nuit dans la résidence. La police municipale nous a dit fortement soupçonner les manouches installés sur le territoire de la commune mais manquer de moyens pour aller faire une perquisition, c'était trop dangereux. Ce qui me fait le plus de peine, c'est de savoir que cette voiture qui fonctionnait encore a été au mieux dépecée, au pire incendiée. J'aurais préféré qu'elle soit volée par quelqu'un qui s'en serait servi. Ainsi, c'est juste stupide et méchant.
Cependant cette voiture nous rendit un dernier service: comme elle était assurée tous risques depuis plus de cinq ans (ridicule pour une voiture de cet âge, je sais. Mais je la prêtais beaucoup et je ne voulais pas que mes amis aient de problèmes), nous touchâmes une somme importante (13000 francs à l'époque) qui tombait à pic pour payer je ne sais plus quel facture ou acte notarié au moment où nous achetions la maison. L'âme de ma voiture survit dans un petit bout de la maison, me dis-je pour me consoler.

Il y a deux ans nous avons acheté une 626 d'occasion, voiture raisonnable des gens raisonnables que nous essayons de devenir. Je ne désespère pourtant pas d'obtenir un jour une MX-5 (la Miata). Le problème, c'est que la production de la ligne que j'aimais a cessé (une voiture adoucie comme une savonnette qui aurait trop séjourné dans l'eau), remplacée par une ligne beaucoup plus agressive qui ne m'intéresse pas. Il faudra donc chercher dans les voitures de collection... mais j'ai le temps.

Jeudi j'ai appris que le garage Idoux fermait: plus assez de clients sur place, à la Courneuve, trop grande fiabilité des Mazda (je le confirme), problème de place, de modernisation, de chèques impayés. J'y suis passée vendredi, j'ai vraiment cru que j'allais me mettre à pleurer, la nostalgie m'a saisie. Je regardais les rosiers et les volets clos, que restera-t-il de nous dans ce quartier, rien, et je n'y reviendrai sans doute jamais.

Inattendu

Entre la fin du cours et le début du séminaire d'Antoine Compagnon, ma voisine se penche vers moi.
— Vous savez, me dit-elle avec sollicitude, ce n'est pas la peine de prendre des notes, il y a tout sur internet.
Elle m'indique les feuilles que son amie tient à la main, feuilles sur lesquelles sont imprimées les transcriptions de sejan et les miennes.

Poils (et pensées en rond)

Moi aussi[1], je peux (ce qu'il y a de bien avec Daniel Radcliffe, c'est qu'on le voit grandir et accéder à l'âge adulte. Chic.): j'ai adopté cette photo en fond d'écran.

Oui, je sais, je n'ai pas grand chose à dire. Ou alors il faudrait virer perso, et j'hésite: après avoir mis en ligne tant de billets très littéraires, j'ai peur que les gens qui arrivent ici soient déçus, et je ne veux pas leur faire ça... D'un autre côté, après tout, hein...

J'ai un peu de temps en ce moment, plus que d'habitude en tout cas. J'en profite pour dormir, pour attraper toutes les maladies qui traînent et pour lire.
Je m'aperçois que je ne peux plus lire. Je ne dépasse pas vingt pages d'affilée. Je lève le nez, je rêve, je ne sais pas me concentrer, je fatigue.

Me voilà bien.

Je ne supporte pas les romans, qui me fendent inexorablement le cœur. Il y a longtemps que je me demande comment font ceux qui aiment la musique pour supporter certains morceaux (et ne parlons pas des opéras. Mais au moins, avec les opéras, on est tranquille: on sait qu'on est destiné à pleurer).
Je sais qu'il n'est pas du tout fashion de poser ce genre de question (en littérature, tout au moins, en musique, je ne sais pas), puisque nous sommes censés tout lire d'une âme égale en nous pâmant sur le style, la tournure d'une phrase, la trouvaille d'un mot.
Mais le sens reste et perdure et la littérature nous renvoie encore et encore de grandes gifles de mélancolie, de cruauté ou de dérision.
Il n'y a guère que l'énergie de L'Odyssée, ces jours-ci, pour secouer mon pessimisme.
Et j'ai commencé Histoire des deux restaurations. Quelle langue magnifique, claire et précise. Ecrit-on encore comme cela? Napoléon Bonaparte m'intrigue de plus en plus, il faudra lire le Mémorial de Sainte-Hélène.

Allons, tout n'est pas perdu.


Notes

[1] via Zvezdo

Malade

Dormi de neuf heures à midi, de deux et demi à sept heures.
J'y retourne.

Les billets et commentaires du blog alicedufromage.free.fr sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.