Il y a eu deux manifestations le premier mai, une du Front National près de la statut de Jeanne d'Arc place des pyramides pendant laquelle Jean-Marie Le Pen a vociféré; une place de la République pour manifester contre le Front National (un rassemblement bien faible par rapport à 2002).
Les désormais inévitables casseurs sont intervenus en fin de cortège, un CRS a été touché par un cocktail Molotov, une photo terrible de torche humaine a circulé.
Un conn*** de CGTiste a commenté «Poulet grillé» sur twitter (je crois que depuis il a eu un blâme de la part de son syndicat). Nous avons appris par ailleurs que le photographe était syrien. Il raconte ici son incompréhension.
Nathan au téléphone depuis Philadelphie ne comprend plus rien: que se passe-t-il en France? C'est la guerre? Et en effet, nous pouvons nous moquer de Trump autant que nous voulons, mais il n'y a jamais eu de telles images, même pour l'évacuation des manifestants de Standing Rock protestant contre le Dakota Access Pipeline.

Je fais de très petites journées (de minuscules journées, mais je compense en n'annulant pas des demi-journées de congés que j'ai posées pendant lesquelles je viens travailler (c'est tout à fait contraire au droit du travail: s'il m'arrive un accident dans les locaux...)). A quatre heures et demie je vais voir La colère d'un homme patient. Les films espagnols sont toujours aussi glauques (mais celui-ci gère mal la tension, elle n'est pas assez soutenue).

Le soir débat Le Pen-Macron. Je ne le suis pas mais lis mes contacts sur twitter et facebook. C'est très drôle (à lire) et très ennuyeux (à regarder): apparemment elle est vraiment mauvaise et ne connaît pas ses dossiers. Un twittos commente «Macron a démontré qu'il ferait un bon infirmier psychiatrique».
Mais cela n'a pas empêché Trump d'être élu. Les gens ne choisissent pas la raison, la raison n'est plus ce qu'ils utilisent pour choisir. Manque d'éducation, fatigue, misère, bêtise? Ou les fruits d'années de mépris et de rancœur envers les premiers de la classe alimentées par un système scolaire qui ne valorise plus les meilleurs élèves?
Ne voudrions-nous plus du meilleur d'entre nous pour nous représenter, mais d'un être aussi médiocre que nous? (question générale qui dépasse Macron, bien entendu: que la charge de représenter doive être portée par le meilleur, les meilleurs, c'était toute l'idée de "noblesse" (en entendant dans ce mot la dimension de vertu), ce qui s'entend aussi dans "dignité de la charge": ce n'est pas parce qu'on est une République qu'on doit abandonner l'idée de dignité, et même au contraire si j'en crois les récits fondateurs de la République romaine.

La République n'est pas la décadence; c'est l'inverse, c'est l'avènement de la dignité et de la raison qui renverse un système généalogique à bout du souffle.
Tout au moins est-ce dans cette idée que j'ai grandi et que j'ai été éduquée.