Finalement non

Après avoir écrit aux rameuses j'ai mal dormi : j'aurais peut-être dû prévenir Vincent, qu'allait-il dire ? Si le projet prenait forme, il faudrait que quelqu'un conduise la remorque pour emmener le huit… (et déjà de m'imaginer passer l'été à passer le permis remorque). Je lui ai donc envoyé un sms pour le prévenir, auquel il a répondu un laconique « On en reparle ».

J'aurais dû me douter que l'absence d'encouragement de ce message était un message décourageant. Ça ne m'était pas venu à l'idée car pour moi il présentait un triple avantage : solidariser "les midis" et "les week-ends" autour d'un projet commun, donner une visibilité aux loisirs-CNF dans une course connue et augmenter le niveau des rameuses en leur permettant de s'entraîner avec un objectif.

Lorsque j'ai abordé le sujet, Vincent m'a accueilli d'un charmant : « L'idée d'un huit de filles me casse les bonbons ».
Le style ne m'a pas surprise, mais le fond, oui, et la façon catégorique dont c'était exprimé.

Les obsessionnels

We can’t win against obsession. They care, we don’t. They win.

Borgne

A un quart d'heure de la fin du cours je m'aperçois qu'il me manque un verre de lunettes — le droit.
Je vide mon cartable avec précaution, je regarde à mes pieds : rien.
L'avais-je au début du cours ? Pas sûr. J'ai dormi dans le métro donc je n'ai pas lu donc je ne l'ai pas perdu là (mettre et enlever mes lunettes, les glisser dans une poche sans l'étui, les insérer plus ou moins en force dans mon sac trop rempli… Dure vie de lunettes). Sera-t-il au bureau demain ?

Ça pouvait difficilement tomber plus mal, avec un pointage urgent à finir d'ici mercredi (des heures à fixer l'écran), du grec à préparer pour jeudi, deux TG pour samedi… J'ai mal aux yeux.

La coupe des dames

Au printemps, je voulais profiter du stage d'aviron de mars pour rencontrer des rameuses du week-end et les motiver autour d'un projet : courir la coupe des dames en octobre prochain. J'en avais parlé dans les vestiaires, certaines rameuses, des rameuses "du midi", étaient intéressées. Le problème était de toucher les autres, celles du soir et du week-end.

Mon lumbago m'a empêchée de ramer de mars à juin, puis il y a eu les vacances. J'avais abandonné l'idée, surtout que mon déménagement professionnel en avril 2018 à Nanterre préfecture rend la perspective des entraînements plus difficile. Mais en octobre Dominique m'a demandé des nouvelles du projet et cela m'a remotivée: ainsi donc, quelqu'un était suffisamment intéressée pour me relancer ?

J'ai épluché les mails des dernières années pour trouver les adresses mail de vingt-cinq rameuses susceptibles de participer et je leur ai envoyé un mail hier soir à 23h53. Il faudrait que nous soyons dix à treize.
Pour le moment nous sommes cinq.

La parenthèse se referme

Trois heures du matin : selon la technique de la plaquette de chocolat, j'ai terminé Breaking Bad. (La technique de la plaquette de chocolat consiste à se goinfrer pour terminer cette satanée plaquette de façon à pouvoir l'oublier et passer à autre chose.)

Après le dernier épisode j'ai revu le premier. Il y a une grande cohérence de facture entre tous les épisodes. Les cinq premières minutes avant le générique sont une merveille de désorientation. Elles peuvent dévoiler le futur (lorsque White va chercher le tube dans la maison dévastée : ainsi nous savons que la maison va être dévastée), raconter le passé (les deux frères mexicains qui se disputent enfants), mener vers une fausse piste (l'œil obsédant, plusieurs épisodes de suite, de l'ours brûlé) : impossible de savoir exactement ce que l'on est en train de regarder avant d'avoir avancé dans le récit.

La photographie est très belle, légèrement sépia. Les cadrages sont à la recherche de points de vue particulier, la caméra est souvent placée à des endroits inattendus et je ne peux qu'imaginer que cela a participé à la célébrité de cette série. Je me souviendrai de la beauté des ciels, des nuages magnifiques, du désert et de toujours cette question : pourquoi les hommes vivent-ils dans des endroits aussi désolés ?

Ce qui suit est davantage une critique morale (une évaluation du message moral) de la série dans la mesure où je considère que la plupart des œuvres visuelles américaines (hum, ici c'est canadien) ont des visées didactiques .

La question de fond est peut-être celle de notre capacité à trouver des justifications à tout : seuls quelques personnages (le fils, Hank) ont une moralité sans atermoiement. Tous les autres naviguent à vue, s'adaptent, la plus emblématique étant Skyler : elle s'accommode de tout à la condition d'être occupée, active. Walter White est le plus étonnant, un looser ayant conscience de sa valeur intellectuelle1 , un homme à la violence rentrée qui s'exprime enfin au contact de circonstances qui ne se produisent pas dans une vie "normale".

Il n'y a pas de condamnation explicite de la drogue. Gale, l'autre chimiste, affirme : « Je suis libertarien. Je crois que les hommes sont libres et ont le droit d'avoir accès à ce qu'ils veulent. »
Walter White croise peu ou pas de drogué, si ce n'est Jesse. Il ne voit pas "les ravages de la drogue" tels qu'ils sont habituellement décrits, si ce n'est dans la scène hallucinante et très courte où il va chercher Jesse dans un squat après la mort de Jane. Pour White, ce que détruit la drogue, ce ne sont pas les corps et le psychisme d'inconnus, mais la cellule familiale. A y regarder de plus près, ce n'est pas tant la drogue que le mensonge qui détruit tous les rapports humains autour de White (et ce qui fait réagir le meurtrier à quelques minutes de la fin du dernier épisode, c'est d'être accusé de mensonge).

Il y a une ironie larvée dans cette série : ce qu'il était l'objectif de protéger est justement ce qui va être détruit. Au début, White se lance dans la fabrication de la drogue pour éviter de charger ses héritiers de la dette liée au traitement de son cancer ; vers la fin il a rendu son entourage si misérable que celui-ci espère sa mort comme une délivrance. En d'autres termes, si sa femme n'avait pas encouragé White à se soigner et s'il était mort très vite, la situation de sa famille après sa mort n'aurait pas été pire, sans compter que White aurait été pleuré plutôt que maudit !

L'antienne "il faut protéger ma famille" (obsédante depuis 24 heures chrono) est-il un soubassement de l'imaginaire américain2 ? Est-ce une autre façon d'exprimer "la famille est le soubassement de la société" que l'on entend en France (par exemple contre le mariage gay ou l'adoption par tous) ? Les deux expressions signifient-elles la même chose ou sont-elles opposées ? Car ce que montre (entre autres) Breaking Bad, c'est que protéger "sa" famille sans penser à la grande famille humaine (la société) est puissamment égoïste et destructeur, et pour la famille et pour la société. Distinguer les deux est une erreur, penser que l'on peut protéger la première aux dépens de la seconde est une illusion.

(Ici il faudrait relire Arendt sur Lessing dans Vies politiques et sa disctinction entre fraternité, destiné au petit cercle, et amitié, destinées à tous, et la supériorité de l'amitié sur la fraternité.)



Note
1 : L'un des plaisirs de la série sont les différences de niveau de langage et de culture entre les personnages, le vocabulaire délicatement choisi de White face à la trivialité de la plupart de ses interlocuteurs ou Skyler jouant la bimbo sans cervelle face à l'agent du fisc. Walt Whitman sera d'ailleurs la pierre d'achoppement de la série (ici pourrait s'ouvrir une nouvelle digression sur le déclassement et la solitude intellectuels. Seul Gale est un pair. Là encore, ironie : Gale sera le pair, le sacrifié et l'origine de la débâcle).


2 : il me faudrait des témoignages d'autochtones.

Un quatre de filles

Une fois encore un beau quatre, cette fois-ci entièrement féminin. Une fois encore nous maintenons la distance avec un quatre entièrement masculin, ce que je n'aurais pas présumé : en effet, nous sommes des cinquantenaires de petit gabarit. Mais justement, nous sommes légères, nous ne sommes pas brutales, nous ne gênons pas la glisse. Ou encore, il est possible que nous ramions "plus long", c'est-à-dire que nous restions plus longtemps dans l'eau en allant chercher l'eau plus loin à l'attaque et en dégageant plus tard. A vrai dire je n'en sais rien. Peut-être faut-il juste admettre que les loisirs, hommes ou femmes, sont de même niveau, et qu'il faut atteindre le niveau compétition pour qu'une différence se creuse entre les sexes à force de travailler la puissance musculaire.

Il a fait un temps magnifique. Il reste encore beaucoup de feuilles aux arbres. J'ai hésité à aller ramer, je suis très en retard sur une tâche qui devrait déjà être terminée (j'ai commencé tard et c'est plus long que je ne l'avais envisagé). Mais à la fin de la journée, ce dont je me souviens, c'est le scintillement sur l'eau, la lumière des feuilles, le souffle contre la peau, la liberté. J'ai oublié tout ce qui ne mérite pas le souvenir.

Je n'ai pas eu le courage de ramer hier, je ne pourrai pas venir demain. Ce sera ma seule sortie de la semaine.

Slogan sur un t-shirt

« Les statistiques, c'est cette science qui permet d'affirmer que l'être humain possède une couille en moyenne. »

MBTI

Cela fait plusieurs années que je vois passer des propositions de test MBTI au sein de l'association des anciens Sciences-Po. J'en suis curieuse depuis cet article et comme je suis à deux doigts de me mettre à chercher un nouveau poste, je me suis inscrite à une session individuelle, mi par curiosité, mi dans l'espoir que cela puisse être utile.

L'opération se passait en deux temps : tout d'abord un questionnaire à remplir en ligne, test que j'ai rempli très rapidement en pestant contre l'imprécision des questions, puis un entretien d'une heure pour valider les résultats de ce test.

L'entretien a contredit les résultats du questionnaire en ligne, entérinant le fait que j'ai passé ma vie à tenter de répondre aux attentes de mon entourage et non à suivre ma pente naturelle. En d'autres termes, je suis la version mentale et intellectuelle du gaucher contrarié, si bien contrarié que lorsque je réponds à un questionnaire en ligne je donne les réponses qui correspondent à la contrariété (être une efficace extravertie) tandis que lors d'une conversation, je reviens à ma réalité (une introvertie artiste). (Je présente tout cela très schématiquement, bien entendu).


Cette session m'a profondément déstabilisée. J'étais venue avec la question «Que dois-je faire de ma vie?» et l'on répondait à la question Qui êtes-vous?»
Ah bon, cela avait de l'importance ? Quelqu'un s'intéressait à qui j'étais? Cela a déclenché du désarroi et une colère venue des profondeurs: l'impression d'avoir été flouée toutes ces années, entre des parents qui ne s'intéressaient qu'à monter mon intelligence en épingle auprès de leurs amis (façon singe savant) et plus tard ma famille que je devais avant tout nourrir (d'où l'efficacité extravertie).
Et maintenant on venait me dire que qui j'étais comptait? On n'aurait pas pu me le dire avant?

Mais bien sûr, c'est une accusation trop facile : cela m'arrangeait bien de me laisser faire, de ne pas prendre la décision de faire ce qui me plaisait, tant je ne sais pas ce qui me plaît, tant je suis persuadée que ce qui me plaît ne nourrit pas son homme et que ce n'est pas possible. Bref, c'est de ma faute, je n'avais qu'à me remuer. Mais maintenant, que faire?


---------------

A l'étage, les ouvriers qui travaillent sur l'escalier ont coulé une dalle sur les carreaux jaunes du palier.

Tweets retrouvés (6 octobre)

J'avais copié le 2 novembre ces tweets datant des environs du 6 octobre. Aujourd'hui 25 novembre je prends le temps de les commenter et de les mettre en ligne.


Le cheval blanc vu par Jean-Marc Geslot : un génial et très pratique résumé par l'exemple des courants historiographiques depuis le XIXe siècle

Des incipits réécrits par des mathématiciens signalés par Eris Lepoil

Une explication de la nécessité des compteurs électriques intelligents signalés sur Twiter par CPCHardware : en résumé, si vous ne voulez des voitures électriques sans nucléaire, vous avez intérêt à accepter ce compteur. Dans le cas contraire, la fourniture d'électricité sera erratique.

Philippe signale les cours au collège de France de Bénédicte Savoy sur le patrimoine artistique européen.

Différentes versions de Ford

Les vêtements traditionels des femmes en Islam (de toute beauté)

Un goéland sur une vitre

Un texte de 1986 rappelle comment l'Italie a triomphé des Brigades rouges : la sociologie et la psychologie plutôt que la répression (à bon entendeur, salut)

et pour Guillaume Ecclésiaste 3, 5
Les billets et commentaires du blog alicedufromage.free.fr sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.