Alice du fromage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Billets pour la catégorie Choses vues :

dimanche 1 janvier 2017

Sorties en 2017

1er janvier : William Friedkin, Killer Joe au Grand Action avec H.
4 janvier : William Forsythe, Impressing the czar, Semperoper Ballet Dresden, Aaron S. Watkin à Garnier.
7 janvier : Marivaux, La dispute; la colonie; les acteurs de bonne foi au profit de l'association Retina.
21 janvier : Jim Jarmush, Paterson à Yerres avec H.

5 février : musée des Beaux-Arts à Nancy, musée des ducs de Lorraine
9 février : Tom Ford, Nocturnal Animals, 2016
21 février : Anne Charlotte Leffler, Les vraies femmes, Alfhild Agrell Sauvé, lecture par la compagnie Benoît Lepecq à la librairie Palimpseste

4 mars : château d'Angers (tapisserie de l'Apocalypse), château d'Oiron
5 mars : église de Cunault, abbaye de Fontevraud, cathédrale de Tours
8 mars : Anne Charlotte Leffler, Les vraies femmes, lecture par la compagnie Benoît Lepecq à la bibliothèque nordique
23 mars : Aki Kaurismaki, L'autre côté de l'espoir

20 avril : Les faux-british, texte de Henry Lewis, Henry Shields, Jonathan Sayer, mise en scène Gwen Aduh
23 avril : Theodore Melfi, Les figures de l'ombre. Avec "les voisins", pour ne pas attendre le résultat des élections scotchés à la maison
29 avril : château de Fontainebleau

3 mai : Raúl Arévalo, La colère d'un homme patient, 2016
6 mai : Martin Granger à la Cave à Bananes. Générateur de critique de danse contemporaine
8 mai : James Gunn, Les gardiens de la galaxie, II, 2017
9 mai : Jordan Peele, Get out, 2017
10 mai : Terence Davies, A Quiet Passion, (Emily Dickinson), 2017. Mauvais
19 mai : Kim Seong-hoon, Tunnel, 2016. Pas mal si on ne tient pas compte d'un certain nombre d'invraissemblances
22 mai : lecture mise en scène de Ah l'amour ! d'Anne Charlotte Leffler
29 mai : Guy Ritchie, Le Roi Arthur, 2017. Bof. Histoire minimale, bcp de combats, un peu de magie. A éviter.

4 juin : Palazzo Pubblico de Sienne, basilique St François, Santa Maria della Scala de Sienne (vu que le rez-de-chaussée)
5 juin : musée étrusque Guarnacci, Palais des Prieurs de Volterra
13 juin : jardin Rodin
19 juin : Valérie Lemercier, Marie-Francine. Mignon.

1er août : musée Hergé. Nous y passons trop de temps, trop tard pour Rimbaud.

14 septembre : Charles Laughton, La nuit du chasseur.
15 septembre : Doug Liman, Barry Seal, 2017. Excellent, peut-être pas dans l'art cinématographique (mais je me tape de l'art cinématographique) mais dans le pseudo documentaire historique, à la manière de Vingt ans après et la Fronde : le Cartel de Medellin, l'Irangate, le second choc prétrolier,…
19 septembre : Barry Seal une deuxième fois, la première heure, en attendant d'aller fêter l'anniversaire d'O.
21 septembre : Tommy Wirkola, Seven sisters. Pas mal. Sans doute pas à revoir, mais au moins à voir.

5 octobre : Michel Hazanavicius, Le Redoutable, 2017. Pas vraiment mon genre, le personnage principal est trop insupportable pour que je supporte un tel film. Quelques jours plus tard j'apprendrai la mort d'Anne Wiazemski ce jour-là.
6 octobre : Eric Toledano et Olivier Nakache, Le sens de la fête, 2017. Sans grand intérêt malgré les commentaires plutôt bon sur allô ciné.

3 novembre : Ruben Östlund, The Square, 2017. Intéressant, touchant.
14 novembre : Roman Polanski, D'après une histoire vraie, 2017. Bof.
15 novembre : Andreï Zviaguintsev, Faute d'amour, 2017.
24 novembre : Janaceck, De la maison des morts,

vendredi 1 janvier 2016

Films vus en 2016

1 janvier - Yuri Bykov, L'Idiot ! «Il y a de la lumière en lui» (citation de Star Wars)
David O. Russell, Joy. Nul. Plaisir et surprise de voir Isabella Rossellini

3 janvier - François Truffaut, Tirez sur le pianiste (DVD)
Gérard Oury, Le Cerveau, 1969 (DVD)

10 janvier - Spielberg, Les aventuriers de l'Arche perdue. Indiana Jones I. Avec H et O. J'avais oublié beaucoup de choses, comme d'habitude. Ce que je préfère, c'est la musique.

16 janvier - John Carpenter, New York 1997. Intéressant, surtout la dernière minute. (cité par un ami de PZ sur FB

17 janvier - Robert Donalson, No Way Out, une remcommandation de PZ. Plaisant. Une deuxième fois avec Hervé.

20 janvier - The Big short à La Défense.
puis L'Homme de Rio avec O. qui ne l'a jamais vu.

6 février - Tarantino, Les 8 salopards

12 février - David Fincher, Benjamin Button puis Peter Yates, Bullit.

14 février - Clint Eastwood, Honkitonk Man

18 février - les frères Coen, Avé César. parmi les non-films des frères Coen, mais ce n'est pas grave.

21 février - Buñuel, La mort en ce jardin.

24 février - Tom McCarthy, Spotlight. Enquête sur les prêtres pédophiles de Boston. Il faut mettre fin au célibat des prêtres, c'est urgent.

5 mars - Henri Verneuil, Le Président. Déprimant.

6 mars - Mohamed Hamidi, La vache. «Tu m'écriras d'autres lettres?» «Mes hommages à Madame votre grand-mère». C'est sympa, comme film, et n'en déplaise à certains, c'est sympa, les films sympas. (Pas de gros rires, pas de gros gags, pas de miracles, mais des réactions humaines et en sourdine, sans insister, uniquement pour les spectateurs qui y pensent, la comparaison entre le dénuement d'un village du bled et "les problèmes de riches".)

12 mars - François Ruffin, Merci, patron! Incroyable. Incroyable, incroyable, incroyable.
Le soir, deux films avec Sophie Marceau, Anthony Zimmer et Un bonheur n'arrive jamais seul.

13 mars - François Ruffin, Merci, patron!: j'ai insisté pour que tout le monde le voit, nous y sommes retournés en famille.

27 mars - Afonso Poyart, Prémonitions (apple TV): la classique question du droit à faire mourir pour éviter la souffrance.
Plus tard, Adam Brooks, Un jour peut-être. Le genre de film nunuche que je regarde pour faire plaisir à H. Rachel Weisz est très jolie. Un côté Flaubert: la blonde fade, la brune piquante, la rousse ironique.

28 mars - Daniel Espinosa, Sécurité rapprochée. Je l'avais vu au cinéma, j'avais trouvé le héros mou, inexpressif (Ryan Reynolds n'est décidément pas mon genre) mais j'avais envie de revoir la savane de l'Afrique du Sud.

30 mars - Atom Egoyan, Captives. Réseau pédophile et sadisme psychologique. Tout est dans la suggestion, rien dans la vision. Sobriété.

avril, Limitless; Sergio Leone, Il était une fois dans l'Ouest

avril, Dans la tête de John Malkovitch. Intéressant mais bof

28 avril, Sergio Leone, Il était une fois la révolution: à la fin, les gens comme nous, ils meurent.

18 mai, Civil War (un Avenger). En famille.

22 mai, Almodovar, Julietta. Avec H.

10 juin mai, Paolo Virzi, Folles de joie, 2016. Elle sont folles, c'est certain. J'ai pensé, dans un autre genre, à Une vie volée dans lequel j'ai découvert Angelina Jolie. Film tenu à bout de bras par Valérie Bruni-Tedeschi, avec beaucoup d'énergie.

11 juin, Eric Lavaine, Retour chez ma mère, 2016. Joli film sur la famille. Les dialogues sonnent à peu près juste, ce qui n'est pas si simple. Avec C et I.

05 juin, Shane Black, The Nice Boys, 2016.

08 juillet, Nicolas Winding Refn, The Neon Demon, 2016. Le film qu'on a si honte d'avoir vu qu'on n'ose pas regarder ses voisins quand la lumière se rallume. En résumé: le sacrifice de la vierge sur l'autel de la beauté.

10 juillet, Pascal Bonitzer, Tout de suite, maintenant, 2016. Bien. Deux générations d'acteurs, c'est étrange de se dire que nous ne verrons pas vieillir la plus jeune (ou du moins qu'ayant ving-cinq ans de moins que moi, elle me paraîtra toujours jeune).

19 juillet, Jean-Luc Godard, Masculin féminin.

21 juillet, Cesc Gay, Truman.

22 juillet, Tomer Heymann, Mr. Gaga: sur les pas d'Ohad Naharin.

31 juillet, Sébastien Marnier, Irréprochable. Bon film.

août, Fred Cavayé, Pour elle. Pour Olivier. C'est vraiment un bon film. Apple TV à St Rémy.

août, Gérard Oury, La Grande Vadrouille, 1966. Pas ce que je préfère. Apple TV à St Rémy.

21 août, Jean-Jacques Annaud, Coup de tête. A Digoin. Très bonne surprise. Dewaere charmeur.

26 août, Justin Lin, Star Treck sans limite, 2016. Mignon.

27 août, Alain Guiraudie, Rester vertical, 2016. Bêêêhhh.

28 août, Les gardiens de la galaxie. Une fois de plus. J'adore les décors, je n'ai jamais vu de décors aussi soignés. Apple TV.

29 août, les frères Coen, The Big Lebowski, 1998. Pour O qui ne l'avait jamais vu. Je n'accroche pas avec ce film. DVD.

3 septembre, Malik Bendjelloul, Sugar Man, 2012, sur l'insistance d'Olivier. Quand la réalité devient magique. Documentaire. Apple TV.

4 septembre, Maren Ade, Toni Erdmann. 2016. Film allemand. (Il devient de plus en plus évident que les films américains sont tous les mêmes).

15 septembre, Uda Benyamina, Divines, 2016.

17 septembre, Philippe Lioret, Le fils de Jean, 2016.

18 septembre, Pascal Chaumeil, Un Petit Boulot, 2016.

30 septembre, en cassette seule sur le canapé: Irwin Allen, John Guillermin, La Tour infernale, 1974.

4 octobre, Pierre Granier-Deferre, Adieu Poulet dans une définition atrocement pixellisée sur Youtube

7 octobre, Harry Potter, le dernier. DVD

8 octobre, David Fincher, Fight Club, DVD.

9 octobre, Harry Potter IV, DVD : je crois que je ne l'avais jamais vu (pas une grosse perte)

15 octobre, Sydney Pollack, Absence de malice, Kodi.

[…]

L'arbitrage, DVD.
Dr Strange
Miss Peregrine et les enfants particuliers
Dead Man avec Olivier. DVD. Je ne sais pas ce qu'il en a pensé.
Alliés puis RED (Apple Tv) pour se remonter le moral tellement c'était mauvais.

26 décembre, Rogue One

du 23 au 29 décembre, la saison 1 de Sense8 en utilisant Kodi.

vendredi 2 janvier 2015

Films vus en 2015

2 janvier - James Gunn, Les Gardiens de la Galaxie, 2014. C'est vraiment le Cape et d'épée contemporain. Décors so Valérian.

3 janvier - François Truffaut, L'Histoire d'Adèle H., 1976.

9 janvier - en salle - François Truffaut, La femme d'à côté, 1981.

11 janvier - François Truffaut, La Mariée était en noir, 1968.

Robert Zemeckis, Retour vers le futur 1, 1985. En famille.

13 janvier - en salle - François Truffaut, La Peau douce, 1964.

14 janvier - en salle - Damián Szifron, Les Nouveaux Sauvages, 2015. Tempo particulier des films argentins, comme s'ils ne respiraient pas à la même vitesse.

17 janvier - Robert Zemeckis, Retour vers le futur 2, 1989. En famille.

20 janvier - en salle - Tim Heidecker et Eric Wareheim, Tim and Eric's Billion Dollar Movie, 2011

21 janvier - Sydney Pollack, L'ombre d'un soupçon, 1999. Difficile de faire plus ennuyant.

22 janvier - J. J. Abrams, Super 8, 2011. Film archi connu pour bricoler en même temps. Elle Faning est née en 1998!

23 janvier - Tom Savini, La nuit des morts-vivants, 1990.
- Francis Palluau, Bienvenue chez les Rozes, 2003. Ce film me fait beaucoup rire.
- Billy Wilder, Sabrina, 1954.

24 janvier - Gary Fleder, Le Maître du jeu, 2003.
- Robert Aldrich, Les douze salopards, 1967.

25 janvier - Claude Chabrol, Poulet au vinaigre, 2005. Ce film m'ennuie. Voir Pauline Lafont est à jamais un crève-cœur.

28 janvier - en salle - Jean-Paul Rouve, Les souvenirs, 2014.
- Robert Zemeckis, Retour vers le futur 3, 1990. en bricolant, pas vraiment regardé. Un peu perdue, trop longtemps qu'on a vu le 2.

29 janvier - John Schlesinger, Marathon Man, 1976.

6 février - en salle - J. C. Chandor, A Most Violent Year, 2014.

13 février - en salle - Morten Tyldum, The Imitation Game, 2014. Décevant.

15 février - Georges Lautner, Les Tontons flingueurs, 1963. Baptiste ne l'avait jamais vu.

18 février - en salle - Gus van Sant, Prête à tout, 1995. La grand-mère de Gone Girl.

28 février - Michel Gondry, Conversation animée avec Noam Chomsky, 2014. J'aurais préféré un interview classique avec Chomsky dans un fauteuil.

7 mars - en salle - Alejandro González Iñárritu, Birdman, 2015. Barthes cité. Holywwod-cinéma-fric /Broadway-théâtre-art. Une opposition trop américaine pour vraiment m'intéresser. Mais c'est joliment givré et c'est peut-être aussi une réflexion sur la vieillesse (le fait de vieillir).

14 mars - en salle - Vincent Garenq, L'enquête, 2015. Une bonne surprise.

21 mars - en salle - Damien Chazelle, Whiplash, 2015. Sans grand intérêt. Avec les D. pour les vingt ans de Guillaume.

28 mars - en salle - Tim Burton, Big Eyes, 2015. Il ne reste pas grand chose de la patte Tim Burton dans ce film, cela ressemble à Dans l'ombre de Mary. Un nouveau goût holywoodien pour les yeux exhorbités (cf Birdman).
- J.J. Abrams, Mission impossible III, 2006. L'histoire est faiblarde, le reste classique. Belles images de Shangaï

2 avril - Doug Liman, Edge of tomorrow, en bricolant, en bloguant (je l'ai vu trois ou quatre fois). Je n'arrive pas à écrire le 27 mars.

4 avril - en salle - Un homme idéal, 2015. Prenant, malgré mon peu d'appétence pour ces demeures luxueuses qu'on se sent obligé de nous présenter. Un air anglais.

5 avril - The Big Bang Theory saison 6, 1 à 3

6 avril - Michel Munz, Gérard Bitton, Erreur de la banque en votre faveur. 2008. Mériterait d'être plus connu, dans le genre film sans prétention mettant en évidence des dysfonctionnements que nous connaissons sans avoir envie de trop y réféchir. «Les gens comme nous savent que cent millions d'euros permettent juste d'en gagner deux cents de plus», tandis que quelques dizaines de milliers permettent de payer des vacances, une chambre pour le benjamin ou une place en maison de retraite.

11 avril - en salle - Glenn Ficarra et John Requa, Diversion, 2015. C'est lent, c'est creux, c'est nul. C'était vraiment pour faire plaisir à Antoine. Le seul intérêt du film est de constater la traduction de "Focus" par "Diversion", qui est une bonne traduction.

15 avril - en salle - Umberto Pasolini, Une belle vie, 2015. Je regrette qu'ils n'aient pas eu le courage de traduire Still Life par Nature morte.
- Mike Nichols, La guerre selon Charlie Wilson, 2007. Ce qui manque à toutes les guerres américaines depuis 1945, c'est un plan Marshall.

21 avril - Steven Spielberg, La guerre des mondes, 2005 : comme d'habitude, un film déjà vu pour faire autre chose devant — ici, bloguer.

25 avril - en salle - Joss Whedon, Avengers 2, 2015. Pas d'histoire, beaucoup de psy, des combats trop brouillons pour être suivis à l'œil…
- Anthony et Joe Russo - Captain America 2. Le soldat de l'hiver, 2014, pour en regarder un bon après le nul de l'après-midi.
- The Big Bang Theory saison 6, 4 à 6

26 avril The Big Bang Theory saison 6, 7 à 10

1 mai - Steve McQueen, Hunger, 2008
- Clint Eastwood, Mémoires de nos pères, 2006

2 mai - en salle - Pierre Jolivet, Jamais de la vie, 2014

7 mai - en salle - Richard Berry, Nos femmes, 2015. Plaisant mais poussif, poussif mais plaisant.

8 mai - en salle - Giulio Ricciarelli, Le Labyrinthe du silence, 2015. A voir.

10 mai - The Big Bang Theory saison 6, 7 à ??. Très drôle. Ils arrivent encore/toujours à se renouveler

21 mai - The Big Bang Theory saison 6 suite

22 mai - The Big Bang Theory saison 6 fin

29 mai - en salle - Brad Peyton, San Andreas, 2015. En voyant la fin, j'ai pensé à la Louisiane et Katharina… Il vaut sans doute mieux habiter la côte Ouest que la Louisiane.

29 mai - George Miller, Mad Max, 1979.

?? - George Miller, Mad Max II, 1981.

13 juin - George Miller, Mad Max III, 1985. Bien nul.

25 juin - Steven Spielberg, Jurassic Park, 1993. Extraordinaire comme on reconnaît la "patte" Spielberg. La scène finale dans la cuisine est celle de la cave dans La guerre des mondes.

16 juin - en salle - Arnaud Desplechin, Trois souvenirs de ma jeunesse, 2015. Je me suis beaucoup ennuyée, même si certaines scènes recoupent mon expérience. Sans doute ce genre de films me donne trop envie de hurler contre moi-même pour que je puisse les apprécier.

30 juin - en salle - George Miller, Mad Max, Fury Road, 2015. Magnifique. Images somptueuses sorties de BD SF, bande-son extraordinaire.

2 juillet - en salle - Alan Taylor, Terminator, Genisys, 2015. Sans intérêt.

3 juillet - en salle - George Miller, Mad Max, Fury Road, 2015. avec Hervé.

?? juillet - en salle - George Miller, Mad Max, Fury Road, 2015. Une envie de le revoir, encore. Pour le visage de madone de Charlize Theron.

16 juillet - en salle - Till Kleinert, Der Samouraï, 2015. Navet prétentieux et gore.

20 juillet - en salle - Jean-Luc Godard, Une femme est une femme, 1961.

21 juillet - en salle - Luchino Visconti, Rocco et ses frères, 1960. Copie restaurée + scènes censurées lors de sa sortie. Christique.

?? juillet - Howard Hawks, Les hommes préfèrent les blondes, 1953. Je n'aime pas la voix d'enfant et les minauderies de Marilyn Monroe.

29 juillet - Wes Anderson, The Grand Hotel Budapest, 2014. Avec Olivier opéré des dents de sagesse le matin même.

30 juillet - Donald Petrie, Miss Detective, 2000. Pour détendre O. avec une bêtise. J'aime bien ce film, il est plein de bons sentiments, des bons sentiments pleins de bon sens.

2 août - Danny Boyle, Petits meurtres entre amis, 1994. Avec Olivier qui me voit désemparée devant la maison soudain vide.

4 août - Denys de La Patellière, Un taxi pour Tobrouk, 1961. Avec Olivier qui ne l'avait jamais vu. En repassant.

6 août - en salle - Alberto Rodriguez, La Isla Minima, 2014. Avec Hervé. Bien.

7 août - en salle - King Hu, A Touch of Zen, 1971. Avec Hervé, Olivier et Isabelle. a dû inspirer Kung Fu Panda.

10 août - en salle - Asif Kapadia, Amy, 2015. Avec Olivier. Désespérant.

11 août - Coline Serreau, La Crise, 1992. Avec Olivier. N'a pas pris une ride.

12 août - Aki Kaurismaki, Leningrad Cowboys Go America, 1989. Avec Olivier qui a beaucoup aimé.

13 août - Tim Burton, Les Noces funèbres, 2004. Avec Olivier et Isabelle.

15 août - en salle - J.J.Abrams, Mission Impossible IV, 2015. Avec Hervé, Olivier, Claude. Dans les normes.

16 août - en salle - Deniz Gamze Ergüven, Mustang, 2015. Hervé, Olivier, Isabelle. Il faut le voir.

18 août - les frères Coen, O'Brother, 20009. Hervé et Olivier qui ne l'avait jamais vu.

19 août - William Wyler, Comment voler un million de dollars, 1966. Hervé et Olivier.

20 août - Ettore Scola, Qu'il est étrange de s'appeler Federico , 2013. Hervé et Olivier. Décevant.

24 août - Tim Burton, Sweeney Todd, 2007. Gore. Il ne se passe pas grand chose, en réalité. Court conte allongé par les chansons.
puis (après avoir appris l'accident d'A.) Hal Needham, Cannonball, 1981.

24 août - en salle - William Friedkin, The French Connection, 1971. Etrange construction. Je ne pense pas qu'on oserait aujourd'hui tourner un film ainsi.

25 août - James Mangold, Knight and Day, 2010. Très bien, mignon.

26 août - Alfred Hitchcock, L'inconnu du Nord-express, 1951.

27 août - The Big Bang Theory saison 7, 1 à 5. L'ordinateur branché sur grand écran.

31 août - Jean-Pierre Améris, Une famille à louer, 2015. Mignon. Creux mais mignon. Structure du conte où chacun doit découvrir (surprendre) l'autre dans tous ses états.

11 septembre - John Sturges, Règlements de comptes à OK Corral, 1957.

12 septembre - Curtis Hanson, In her shoes, 2005. Plus intéressant que je n'aurais cru. Je croyais à une variation sur Dans la peau d'une blonde, c'est en fait l'histoire du lien entre deux sœurs soudées.

12 septembre - Jaco van Dormael, Le tout Nouveau Testament, 2015.

12 septembre - Neil Jordan, début d'Entretien avec un vampire, 1994. Je m'ennuie un peu. Trop répétitif. Nous arrêtons au milieu.

13 septembre - Sidney Pollack, L'interprète, 2005.

3 octobre - en salle - Guy Ritchie, U.N.C.L.E.

4 octobre - en salle - U.N.C.L.E.

?? octobre - True detective, 1,2- noir

10 octobre - en salle L'étudiante et M. Henri
True detective, 3, 4, 5

11 octobre - True detective, fin

16 octobre - Citizen four

23 octobre - en salle - Le nouveau stagiaire et U.N.C.L.E.

24 octobre - en salle - Ridley Scott, Blade Runner

25 octobre - Le jour d'après, Indian Palace, Independance day, San Andrea

30 octobre - Yórgos Lánthimos, The Lobster, 2015. Une horreur. Orwellien, oui, "ne le faites pas à moi, mais à elle".

Trop de nanars. Adieu Berthe, Si j'étais riche, Spectre, Le Labyrinthe I, Le Labyrinthe II (la terre brûlée), Shutter Island, Ghost writer, À bord du Darjeeling Limited (très décevant)

J'ai perdu le fil. Le Pont aux espions, le dernier Star Wars, le dernier James Bond. Tant pis. J'ai regardé trop de films cette année, perdu trop de temps. Je rends ma carte UGC en janvier.

mercredi 1 janvier 2014

Films vus en 2014

DVD et vidéos
- 1er janvier - Robert Schwentke, Red, 2010; Dean Parisot, Red 2, 2013; Asger Leth, Dos au mur, 2012. Je recommande les deux premiers pour une soirée tranquille avec le sourire.

- 2 janvier - Norah Ephron, Michael, 1996 - Comment dire? c'est nul et plaisant, avec de beaux paysages de l'Iowa (c'est vide).

- 3 janvier - Louis Leterrier, Insaisissables, 2013 (que je n'avais pas beaucoup aimé, mais A. voulait le montrer à I.); David Barrett, Fire with fire, 2012 (un Bruce Willis sans Bruce Willis — et sans intérêt) et Billy Wilder, la Scandaleuse de Berlin, 1948.

- 5 janvier - Paul Greengrass, La Vengeance dans la peau, 2007, pour faire plaisir à O. puis Robert Zemeckis, La mort vous va si bien, 1992, associés à des souvenirs précis (dont l'achat du manteau dont j'ai parlé ici).

- 10 janvier - Christian Petzold, Barbara, 2012.

- 11 janvier - Tim Burton, Sleepy Hollow, 1999. Avec O. qui l'a reçu à Noël. Je ne me souvenais plus qu'il y avait autant de morts, mais c'est après ce film que j'ai arrêté d'aller voir les Burton. La vierge de Nuremberg hante encore mes cauchemars.

- 12 janvier - les frères Taviani, César doit mourir, 2012. Fiction et "réalité" étroitement nappées.

- 17 janvier - Pascal Thomas, Le crime est notre affaire, 2008. Mauvais, dommage, j'aime bcp Frot. Mais mauvais.

- 26 janvier - Dean Parisot, Red 2, pour la deuxième fois, mais pour la bonne cause.

- 29 janvier - Margarethe von Trotta, Rosenstrasse, 2003. Les salauds ou les héros, quel autre choix pour filmer ce thème?

- 1 février - Woody Allen, Manhattan. Une amie était fan de ce film à 17 ans, je ne l'avais jamais vu. Qu'est-ce que ça parle. Qu'en aurais-je pensé à 17 ans?

- 15 février - Alexander Payne, Monsieur Schmidt, 2003. Ce film entre dans la catégorie des films, souvent américains, destinés à nous faire accepter et aimer nos vies médiocres et inutiles. Donc film sans doute pas inutile, mais qui me donne envie de ricaner avec cynisme.
Kevin Macdonald, Le dernier roi d'Ecosse, 2006. Pas mal du tout. James McAvoy très séduisant avec ses yeux trop bleus. L'Afrique envoûtante et repoussante.

- 16 février - Gérard Krawczyk, Wasabi, 2001. Un film vu et revu, du nawak pour se détendre.

- 2 mars - Neil Burger, Limitless, 2011. Pour essayer de me remotiver. Couture, bouton, accroc, etc.

- 8 mars - Costa-Gavras, Le couperet, 2005.

- 10 mars - les frères Taviani, Kaos. Tellement simple et poignant. Cette âpreté de la vie et des paysages, cette façon d'accepter d'être broyé par la vie pour tirer sa dignité de cette façon d'accepter.

- 12 mars - Wes Anderson, Bottle Rocket, 1996. Ennuyant. Où l'on comprend comment devient un bon cinéaste: en étant d'abord médiocre, puis en s'améliorant.

- 21 mars - Gregory Hoblit, La Faille, 2007. Bon polar psychologique. Avec Anthony Hopkins et Ryan Gosling.

- 6 avril - Soren Sveistrup, fin de Killing, 2011, regardé sur plusieurs soirées.

- 18 avril - fin de la saison 2 de Killing. J'ai l'impression que le réalisateur a beaucoup regardé 24 heures chrono: accumulation de situations qui fait qu'on ne sait plus exactement si tout est cohérent. Noyade interne.

- 20 avril - Joon-ho Bong, Snowpiercer, 2013. Pour le montrer à H. Mais cela ne lui plaît pas. Je ne comprends pas, cela ressemble tant à ce qu'il regarde.

- 21 avril - Martin Brest, Le temps d'un week-end, 1992. Al Pacino en aveugle.

- 26 avril - David Simons, Ed Burns, deux premiers épisodes de The Wire, 2002.

- 8 mai - Commencé à regarder Black Mirror.

- 1 juin - Eli Craig, Tucker & Dale fightent le mal. De retour du mariage d'Alexis. O. le voit pour la première fois.

- 30 juin - Ettore Scola, Le Bal, 1984. Un peu déçue par rapport à mes souvenirs. Je me suis aperçue en cherchant les sous-titres que c'est un film muet.

- 10 juillet - Martin Campbell, Casino royal puis Quantum of solace en bloguant. Je me suis endormie devant pour me réveiller vers quatre heures du matin sur le canapé.

- 28 juillet - Gérard Oury, Le Cerveau, 1969. Paris en 1969, les voitures de 1969.

- 29 juillet - Brad Bird, Protocole fantôme, 2011. Une envie venue d'un extrait vu l'après-midi à la Fnac (revoir Dubaï).

- 30 juillet - J. Lee Thompson, Les Canons de Navarone, 1961. La Grèce, Grégory Peck et la responsabilité de celui qui dirige.

- 4 août - Philippe de Broca, Le Diable par la queue, 1969. Tous les cinq (rare).

- 6 août - Gilles Grangier, Le Cave se rebiffe, 1961. Tous les cinq, bis.

- 8 août - John McTiernan, Basic, 2003. Pour le montrer aux garçons.

- 8 août - Alfred Hitchcock, Fenêtre sur cour, 1954. Avec A. qui ne l'avait jamais vu en entier.

- 10 août - Duncan Jones, Source Code, 2011. Vieilles ficelles mais pas désagréable.

- 10 août - Paul Feig, Les Flingueuses, 2013. Drôle. Là aussi vieilles recettes. En cousant une pièce au pantalon de C.

- 12 août - Neil Burger, Limitless, 2011. En bloguant, je le connais par cœur. Aussi pour comparer aver Lucy: ici l'idée d'utiliser ses capacités cérébrales à fond est traitée d'une façon crédible qui donne envie de tenter l'expérience.

- 14 août - Robert Zemeckis, Qui a peur de Roger Rabbit, 1988. En fait je ne supporte pas ce film, il est trop imprévisible.

- 15 août - Anne Fletcher, La proposition, 2009. Ça détend.

- 16 août - Donald Petrie, Miss Detective, 2000, suivie de Miss FBI de John Pasquin en 2005. Le deuxième plus faible que le premier.

- 17 août - Seth Gordon, Comment tuer son boss, 2011. Gentil mais bof. Nous parvenons à la conclusion que quelle que soit la catégorie, nous avons sans doute vu les meilleurs films.

- 19 août - Lewis Gilbert, On ne vit que deux fois, 1964, avec O. qui rit devant un tel étalage de clichés sur le Japon («En 1964, ce n'était peut-être pas des clichés… Peut-être que ce film a répandu les clichés.» (comment savoir?)).

- 21 août - Georges Lautner, Ne nous fâchons pas, 1966, pour C. qui ne l'a jamais vu. A. fait la tête quelque part dans la maison.

- 23 août - Fred Schepisi, Six degrés de séparation, 1993 - Un film très étonnant, un charme vénéneux qui laisse désemparé. Will Smith merveilleux.

- 24 août - Georges Lautner, Est-ce bien raisonnable?, 1981, gentil. Pour l'affolante jeunesse de Lanvin et Miou-Miou.

- 2 septembre - David Lynch, Twin Peak, épisode pilote.

- 13 septembre - Rainer Werner Fassbinder, Berlin Alexanderplatz, épisode 1. En cousant des badges sur la chemise scoute d'Olivier.

- 14 septembre - David Lynch, Twin Peak, épisode 1.

- 20 septembre - Twin Peak, 2.

- 24 septembre - Twin Peak, 3.

- 28 septembre - Twin Peak, 4 et 5. Seule, Hervé abandonne.

- 30 septembre - Twin Peak, 6 et 7. Je me dis qu'à la fin de la série, vu le nombre d'incendies et d'assassinats, Twin Peaks sera rayé de la carte.

- 1 octobre - Twin Peak, 8 (1 saison 2).

- 3 octobre - Twin Peak, 9 (2 saison 2).

- 10 octobre - Twin Peak, 10 (saison 2).

- 11 octobre - Twin Peak, 11, 12 (saison 2).

- 12 octobre - Twin Peak, 13, 14, 15 (saison 2).

- 22 octobre - Twin Peak, 16 (saison 2).

- 20 novembre - Steven Spielberg, La guerre des mondes, 2005. Saisissant. Très beau visuellement.

- 20 novembre - Twin Peak, 17, 18, 19 (saison 2).

- 21 novembre - Twin Peak, 20, 21 (saison 2).

- 22 novembre - Roger Michell, Week-end royal, 2013.

- 23 novembre - Twin Peak, 22 (saison 2).

- 29 novembre - Twin Peak, 23 à 27 (saison 2).

- 7 décembre - Claude Chabrol, Les fantômes du chapelier, 1982.

- 7 décembre - Wim Wenders, Don't come knocking, 2006. Superbe bande-son.

- 20 décembre - Star Treck, saison 1, disque 2, "L'imposteur"

- 27 décembre - Rich Moore, Les mondes de Ralph, 2013.

- 27 décembre - Phil Lord, La grande aventure Lego, 2014.





au cinéma
- 2 février à Yerres - Hayao Miyazaki, Le vent se lève, 2013. Romantique.

- 10 février à Yerres - Jean-Marie et Arnaud Larrieu, L'amour est un crime parfait, 2014. Cela pourrait le Shame français, mais avec l'incapacité de traiter le sujet de façon austère: toujours le côté un peu kitsch, un peu théâtral, un peu psy, des scénarios français, comme si on avait peur d'être dépouillé, aride. Mais bien, malgré tout. Marion Duval magnifique dans les premières minutes.

- 18 février - Lionel Baier, Les Grandes Ondes (à l'ouest), 2014. Bien, très bien même, dans le genre loufoque.

- 24 février - Pawel Pawlikowski, Ida, 2014. Intense et épuré.

- 26 février - Wes Anderson, The Grand Hotel Budapest, 2014 avec Patrick. Beau et amusant, réjouissant.

- 1 mars - Wes Andersen, The Grand Hotel Budapest, 2014 avec H. et O. Le même plaisir, en ayant le temps de regarder davantage.

- 8 mars - Jim Jarmush, Only Lovers Left Alive. Jarmush creuse ses sillons. Musique et errance. Baroque, précieux, étouffant. Et puis des annonces prophétiques: «La guerre de l'eau a commencé ou ils en sont encore au pétrole?… Detroit revivra, il y a de l'eau, ici.» Un film en colère, beau et sombre. La bande son est de toute beauté.

- 9 mars à Yerres - John Wells, Un été à Osage County. Comme si on avait concentré tous les secrets de famille en un seul film: ça fait beaucoup.

- 15 mars - Jean-Marc Vallée, Dallas Buyers Club, 2014. J'y allais en grande parti pour McConaughey qui m'avait beaucoup plu dans La Défense Lincoln: Dieu ce qu'il a maigri! Le film est bien, il m'a replongée dans l'angoisse diffuse (diffuse car j'étais loin de tout cela, tout en sachant qu'un ami du jour au lendemain pouvait être séropositif) de ces années-là, quand on comprenait mal ce qui se passait et comment lutter. (Pensé à Reagan, aussi, son silence et son inaction).

- 19 mars à Yerres - George Clooney, Monuments Men, 2014. Mauvais. A peine un film.

- 29 mars - Jeffrey Schwarz, I am Divine, 2014. Un documentaire réalisé avec soin. Interview d'amis, de parents, images d'archives. Beaucoup de tendresse et d'affection qui éclairent en nuance la timidité et l'extravagance d'un homme qui voulait tant être une grande vedette du cinéma.

- 30 mars à Montgeron - John Lee Hancock, Dans l'ombre de Mary, 2014.

- 5 avril - Jean-Marc Vallée, Dallas Buyers Club, 2014. Avec Hervé.

- 9 avril - John Turturro, Apprenti gigolo, 2013.

- 10 avril - Alexander Payne, Nebraska, 2013.

- 12 avril à Yerres - Anthony et Joe Russo, Capitaine América, 2014. Pas mal, moins pire que je craignais.

- 14 avril - Marguerite Duras, Nathalie Granger, 1972. Pffff…

- 15 avril - Hiner Saleem, My Sweet Pepper Land, 2013. Un western musulman, sur les frontières orientales de l'Europe.

- 16 avril - Steve McQueen, 12 Years a Slave, 2013. Avec O.

- 17 avril - Cécile Telerman, Les yeux jaunes des crocodiles, 2014.

- 19 avril à Montgeron - Jean-Stéphane Bron, L'expérience Blochet, 2014.

- 21 avril - John Turturro, Apprenti gigolo, avec H. et C. dans une petite salle à Créteil.

- 22 avril - Xavier Dolan, Tom à la ferme. Homophobie et symdrome de Stockolm

- 25 avril - Camille Delamarre, Brick Mansions, 2014. Pour amateur de cascades et de corps à corps, indifférent au scénario. (Et dans ce cas, très bien)

- 17 mai - Mathieu Amalric, La chambre bleue, 2014. Montage progressif très intéressant. Belles images de nu.

- 21 mai - Rachid Bouchareb, La Voie de l'ennemi, 2014. Nul. (vu un peu par hasard, le film que je voulais voir avait commencé).

- 13 juin - Jean-Pierre et Luc Dardenne, Deux jours, une nuit, 2014. Pas trop mon genre, mais bien pensé, sur le courage de vivre, les choix (garder une prime pour nourrir son bébé ou pour refaire sa terrasse, c'est le même geste mais pas le même choix).

- 17 juin - Diao Yi'nan, Black Coal. J'ai pensé aux films noirs américains des années 40, tourné avec l'âpreté d'aujourd'hui.

- 18 juin - Panos H. Koutras, Xénia. J'aurais aimé dire beaucoup de bien de ce film attachant, mais il devient vraiment trop n'importe quoi. Pour amateur d'Eurovision.

- 30 juin à Yerres - Philippe de Chauveron, Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu?, 2014. On m'en avait des compliments avec raison. Les préjugés racistes sont systématiquement abordés. Plus intéressant encore, je trouve, la différence entre les femmes, qui vont faire le nécessaire pour que leurs enfants soient heureux à leur façon, même si ce n'est pas ce qu'elles auraient souhaité, et les hommes, qui veulent absolument que les choses se passent comme ils l'ont décidé. Finalement, c'est l'universalité de l'autoritarisme des chefs de famille qui est mise en scène, au-delà des couleurs et des religions.

- 1 juillet - Clint Eastwood, Jersey Boys, 2014. Des longueurs. Il faut venir avec sa propre nostalgie, ses propres souvenirs, pour voir à travers ce film la naissance du rock'n roll etc.

- 2 juillet à Yerres - Hossein Amini, The two Faces of January, 2014. Bien. Son défaut serait d'être trop classique, comme un exercice hitchcockien adroitement exécuté.

- 8 juillet à Yerres - Doug Liman, Edge of Tomorrow,2014. Beaucoup aimé le montage, les expressions de Tom Cruise, la façon dont il tombe amoureux. Exactement ce dont j'avais envie, une bluette musclée. Cerise sur le gâteau, Cruise est pour ainsi dire immortel à la fin du film (même si cela n'est guère souligné). Revu le 9, me donnant l'impression du temps en boucle décrit dans le film (et encore le 11, avec H. cette fois-ci).

- 29 juillet - Philippe de Chauveron, Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu? avec H. et C.

- 2 août - Charlie Siskel et John Maloof, A la recherche de Vivian Maier, 2014. Un film qui vous remue. Une envie de voir ses photos en sortant. (Vu deux fois, une fois seule le matin, une fois avec H. l'après-midi).

- 3 août - Alfred Hitchcock, La mort aux trousses, 1959. Sortie à cinq.

- 5 août - Jonathan Glazer, Under the skin, 2014. Plus jamais ça.

- 9 août - Luc Besson, Lucy, 2014. Dispensable. Deux nanars pour Scarlett Johansson, pas dans le même genre. (Sortie à cinq).

- 13 août - James Gunn, Les gardiens de la galaxie, 2014. Recommandé, très beau et amusant. (Sortie à cinq).

- 16 août - Charlie Siskel et John Maloof, A la recherche de Vivian Maier, 2014. Pour la troisième fois, cette fois-ci tous ensemble.

- 22 août, Nuri Bilge Ceylan, Winter Sleep, 2013. Je n'oserai pas dire ailleurs qu'ici (un peu planquée) que cela m'a rappelé le mécanisme implacable de nos disputes.

- 24 août - Patrick Hughes, Expendables 3, 2014. Entre amis. Verrons-nous dans trente ans les "jeunes" faire la suite en tant que "vieux"? Ce serait bien. Belle histoire d'amitié et d'estime, à l'écran certes, mais surtout derrière.

- 25 août - James Gunn, Les gardiens de la galaxie, 2014. En VF, à la Défense. Je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça, c'était inutile.

- 8 septembre - Jeremy Saulnier, Blue Ruin, 2013. Je ne sais qu'en penser. C'est à la fois bien et déjà vu si souvent. ni décevant ni enthousiamant.

- 12 septembre - John MacTiernan, A la poursuite d'Octobre rouge à la cinémathèque avec H. et A. qui le voit pour la première fois. Copie très sombre.

- 15 septembre - Thomas Lilti, Hippocrate, 2014. Déçue par rapport à ce que j'avais lu dans les critiques de spectateurs. Tend vers le niais. Reda Kateb à suivre.

- 19 septembre - Sergio Leone, Le bon, la brute et le truand. Pour l'anniversaire d'O.

- 23 septembre - Matthew Warchus, Pride. Le pendant anglais et quasi optimiste de Dallas Buyers Club.

- 1 octobre - Andrei Zvyagintsev, Leviathan. Job. Pourquoi Dieu protègent-ils les méchants?

- 5 octobre, Alexandre Aja, Horns, fantastique adolescent.

- 7 octobre, Hans Petter Moland, Refroidis, joyeux et sinistre.

- 20 octobre, David Fincher, Gone Girl, 2014. Haletant jusqu'aux deux tiers, puis je ne me suis plus vraiment sentie concernée par ce jeu de séduction délétère. Du sado-masochisme psychologique.

- 25 octobre, Éric Toledano et Olivier Nakache, Samba, 2014. Ça ne casse pas trois pattes à un canard. Gentil, mais aussi effrayant si l'on n'en considère que l'aspect documentaire.

- 19 novembre, Andrzej Wajda, L'homme du peuple, 2014.

- 26 novembre, Michaël R. Roskam, Quand vient la nuit, 2014. J'y suis allé parce que j'avais aimé Bullhead. J'aime également celui-ci, sa sobriété, sa timidité, sa brutalité souterraine.

- 31 décembre, Cédric Jimenez, La French. Pour les assiettes et le papier peint. Sinon, trop long mais sympathique. On se dit avec une pointe de regrets qu'il existe une poignée d'acteurs français qu'on verrait bien jouer plus souvent.

jeudi 20 juin 2013

Films vus en 2013

Au cinéma
Comme je commence cette liste le 19 juin, elle n'est ni dans l'ordre ni exhaustive.
Je donne ma critique en ayant conscience de davantage me définir que définir les films.

- Christopher McQuarrie, Jack Reacher - avec Tom Cruise - C'est mauvais.

- Ben Affleck, Argo - Travail consciencieux. Suspense et histoire. Impression de revivre un morceau d'enfance.

- Kathryn Bigelow, Zero Dark Thirty - embarrassée. Est-il normal de nous montrer cela? Cela ressemble à de la propagande. Et la mort de Ben Laden reste à mes yeux un assassinat (j'aurais préféré un tribunal).

- Tommy Wirkola, Hansel et Gretel - un conte steampunk. C'est surtout que je trouve Gemma Aterton irrésistible.

- Sam Raimi, Le Monde fantastique d'Oz - cette fois-ci, c'est Mila Kunis qui est très jolie.

- Dustin Hoffman, Quartet - déçue. Sans intérêt. Le meilleur moment est le générique de fin.

- Justin Zackham, Un grand mariage - Pourquoi suis-je allée voir cette bouse? En réalité, je n'aime pas les comédies américaines. Elles se ressemblent toutes.

- 13 avril - Philippe Godeau, 11.6 - A voir absolument. Le film (français) qui aurait dû devenir célèbre (critique sociale, force de caractère et ironie d'un homme. Décapant).

- John Moore, Die Hard IV - Nooonnn!!!

- Jeff Nichols, Mud - Bof, j'avais préféré de loin l'excellent Take Shelter.

- Margarethe Von Trotta, Hannah Arendt - une introduction comme une autre si vous ne connaissez ni le sujet ni l'auteur. Dans le cas contraire, dispensable, mais dans le cas contraire, vous aurez envie de voir un film sur Arendt.

- Jason Moore, Hit Girls - Pourquoi pas. Mais bon.

- Nicolas Philibert, La maison de la radio - j'aurais aimé être sans réserve. Mais pourquoi si peu d'explications? Le concept de Microcosmos a ses limites, je suis fatiguée de le voir appliqué systématiquement.

- Steven Soderbergh, Effets secondaires - sans intérêt.

- Wong Kar-Wai, The Grandmaster - j'ai beaucoup aimé. Romantique et mélancolique dans un sens qui me convient.

- Ann Hui, Une vie simple - même acteur. Un film qui sonne juste.

- Gus Van Sant, Promised Land - ennuyeux et peut-être nécessaire (dommage qu'il soit ennuyeux). J'aime les paysages au cinéma (Tu l'as déjà dit, Charles).

- Joseph Kosinski, Oblivion - SF avec Tom Cruise. Un bon film commercial comme savent en faire les Américains. L'amour triomphe des méchants. La justice triomphe du mal.

- Juan Solanas, Upside Down - plein de bonne volonté. Mais vraiment trop sucré, trop incohérent et trop prévisible. (sans compter que physiquement, cela ne tient pas la route: pour qu'il y ait gravité, il faut que les masses tournent, on ne peut donc établir des immeubles entre les deux.)

- Shane Black, Iron man III - Pas vu le II. Meilleur que le I. A voir, je crois.

- David Lean, Le pont de la rivière Kwaï - Incontournable.

- Germinal Alvarez, L'autre vie de Richard Kemp - Polar légèrement SF tout à fait honnête.

- Nicolas Winding Refn, Only God forgives - Bon, très bon, même (mais je comprends qu'on en n'ait peu parlé : plutôt dérangeant).

- Jan Ole Gerster, Oh Boy - Le meilleur vu cette année.

- Barry Levinson, The Bay - Fort. Une catastrophe écologique tournée à la façon de Cloverfield (l'histoire d'amour en moins). A voir. Si les cinéastes américains commencent à s'emparer de ce sujet, nous nous en sortirons (je crois beaucoup aux films américains comme instruments de propagande).

- 24 juin - Mohamed Hamidi, Né quelque part - les scènes de groupes drôles, joyeuses, les scènes centrées sur un acteur plus maladroites. Evite les trop gros clichés, ne moralise pas. C'est déjà ça. Film pas très bon en tant que film, mais pour lequel il est possible d'être indulgent sans se sentir démagogue.

- 27 juin - Sylvain White, La marque des anges - Miserere. Dommage que la bande son ne soit pas davantage soignée, il y avait pourtant matière. C'est un bon polar; ce qui m'agace, c'est le manque d'attention aux détails. Il n'est pas possible qu'une danseuse classique professionnelle habite dans un tel taudis avec Depardieu dans de tels vêtements. C'est agaçant ce manque de cohérence. Deuxième film en peu de temps avec éclatement des tympans (L'autre vie de Richard Kemp).

- 1 juillet - Allen Hughes, Broken City - Très bon polar noir, de facture classique. Particulièrement recommandé aux amoureux de New York (pour tenter de reconnaître les différents lieux).

- 2 juillet - Chris Wedge, Epic: La Bataille du royaume secret - Très joli.

- 6 juillet - J.J. Abrams, Star Treck - Into Darkness - Mon premier Star Treck. Je ne m'attendais pas à quelque chose d'aussi impulsif et affectif; c'est presque une apologie du cœur contre la raison. L'intrigue est mince.

- 8 juillet - Marc Forster, World War Z - Ils m'agacent à la fin avec leur "il faut protéger ma famille". Film sans intérêt. Pourquoi continué-je à aller voir ce genre de truc? Parce que je sais que de temps en temps il y en a un bon, et que celui-là vaut le déplacement (ex: les Bourne avec Matt Damon). Il faut que je développe mon sixième sens pour détecter les bons.

- 9 juillet - Alain Resnais, France, L'année dernière à Marienbad - Dormi une partie de la séance. Noté malgré tout les répétitions (comment ne pas les remarquer!) et les transformations qui inversent les dialogues des personnages, font passer les mêmes phrases de l'un à l'autre. L'invention de Morel est-elle une source de la diégèse ou de la mise en scène?

- 10 juillet - George Marshall, Un galop du diable - Le charme de Jerry Lewis est son innocence.

- 11 juillet - Dan Scanlon, Monstres Academy - Ennuyant. Cependant, pour une fois, un film sur les vocations qui échouent non par manque de travail, mais par manque de dispositions naturelles. C'est rare.

- 27 juillet - Tobias Lindholm, Hijacking - Pas mal. Pas de défaut objectif mais pas non plus enthousiasmant. Un film sur l'attente, l'attente qui dure, sans autre événement que l'attente… Pensé à (pensée pour) la famille enlevée en Afrique avec des jeunes enfants.

- 29 juillet - Thomas Arslan, Gold - Dead Man par la musique, Aguirre par la folie qui naît dans et par la nature. Des paysages grandioses, une histoire relativement prévisible au fur à mesure qu'elle progresse. Difficile d'écrire "plaisant" pour ce film austère, mais quelque chose de cet ordre malgré tout.

- 31 juillet - Javier Gorleri, Fraternellement - Y a-t-il une "esthétique hispanique"? j'ai l'impression de toujours retrouver cette tension extrême entre des personnages prêts à s'entretuer (Mes chers voisins) ou tout au moins à profiter des faibles (Les vieux chats). Bref, un film intéressant, dont on découvre sans surprise au générique de fin qu'il s'agissait à l'origine d'une pièce de théâtre.

- 2 août - Insaisissables - Scénario trop en surface, pas assez travaillé, trop simpliste après avoir donné l'impression (l'espoir) d'un deuxième ou troisième degré.

- 8 août - Noah Baumbach, Frances Ha - Le film new-yorkais qui veut avoir l'air new-yorkais. Le film intelligent qui veut montrer qu'il est intelligent dans sa fantaisie. Tout cela m'ennuie. Je me suis ennuyée. C'est en fait l'exact inverse de Oh boy: un personnage a priori aimable qu'on se prend à détester.

- 12 août - Claire Denis, Les salauds - Je me suis ennuyée pendant, j'ai été écœurée à la fin. Tout est illogique, ce n'est plus de la suspension d'incrédulité qu'il faut au spectateur, c'est la perte de tout bon sens ! (le médecin qui constate qu'il faudrait recoudre et réparer le vagin d'une mineure ne lance aucune alerte ? l'oncle auquel on dit ça ne cherche pas une explication à tout prix? C'est quoi ces gens? ou alors c'est un conte. Mais qui rime à quoi?). Par ailleurs trop de gros plans m'évoquent toujours Gulliver chez les géants et sa descriptions des pores de la peau.

- 13 août - Billy Wilder, Témoin à charge - Allez-y.

- 16 août - Gore Verbinski, Lone Ranger - Une bonne surprise. Une bande-son intelligente, de belles cascades ferroviaires.

- 19 août - Joss Whedon, Les Avengers - Chic, je l'ai enfin vu au cinéma. Et je l'ai enfin vu en entier, je me suis toujours endormie quelques minutes (différentes à chaque fois) devant le DVD. J'aime beaucoup Mark Ruffalo.

- 20 août - Neill Blomkamp, Elysium - Très dispensable (une proposition de C. Nous n'avons pas dit non.) Je vais faire lire Le Meilleur des mondes et 1984 aux enfants.

- 24 août - Ferzan Özpetek, Magnifica Presenza - Film tendre, tout en douceur.

- 25 août - Billy Wilder, Sept ans de réflexion - Marilyn un peu trop idiote, le tout un peu trop léger, mais de bonnes répliques. Indispensable une fois.

- 3 septembre - Henri Decoin, Razzia sur la chnouf (1955) -

- 4 septembre - José Giovanni, Dernier Domicile connu (1970) - Paris en 1970 (22 rue des couronnes), et Marlène Jobert comme un moineau courant, voletant, derrière Lino Ventura. Un film triste, sans espoir.

- 10 septembre - Claude Sautet, Classe tous risques (1960) - Ambiance familiale, monde sans pitié et trahison. Belmondo et Ventura.

- 27 septembre - Nurith Aviv - Annonces (2012) - Mais où et comment trouve-t-on des femmes pareilles?

- 27 septembre - Xabi Molia, Les Conquérants (2013) - C'est bien. Logique, drôle (Marcel Gauchet cité aux footballeurs…), beaux morceaux de France, pas de pathos, pas de "message", sauf qu'il faut continuer.

- 4 octobre - Andrei Konchalovski, Runaway Train - Beaucoup aimé.

- 11 octobre - Denis Villeneuve, Prisoners - Fort.

- 13 octobre, avec H. à Yerres - Emmanuelle Bercot - Elle s'en va - Catherine Deneuve joue mal, le jeune garçon joue bien, c'est un plaisir de retrouver Claude Gensac. Le deuxième personnage principal est la France, les routes de France. J'ai aimé.

- 16 octobre - Sharon Bar-Ziv, Room 514 - Trop elliptique, trop de choses, d'allusions, de non-dits, que je n'ai pas compris. Je remarque que les distances spatiales acceptables entre les personnes semblent bien inférieures à celles qu'on respecte en France.

- 18 octobre - Woody Allen, Blue Jasmine - Bof. Plus que bof. La seule chose qui pourrait m'intéresser est le coup de théâtre de la fin, l'aspect "karmique" de la situation (qui me rend encore plus insupportable cette femme, incapable de supporter ce qu'elle a elle-même provoqué. Capricieuse, c'est précisément le mot. Capricieuse. Cela m'intéresse aussi peu que la jalousie.)

- 25 octobre - Marc Boreal, Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill. Vu ce film par erreur, je n'avais pas compris que c'était un dessin animé. Ce n'est pas mal du tout, charmant, mais bon, un peu déçue, j'aurais préféré voir autre chose.

- 26 octobre - Albert Dupontel, 9 mois ferme - Excellent, jamais trop poussé tout en restant dans l'extravagance Dupontel.

- 31 octobre - Bong Joon Ho, Snowpiercer - Heureusement surprise. Le début a un air de Ferme des animaux (la révolution), nous avons ensuite Prométhée (le feu), une remontée vers le paradis perdu, et je ne spoile pas davantage. Ecologique dans son genre, qui pose le problème vital de l'écosystème.

- 1 novembre - Jean-Luc Godard, La Chinoise (1967) - Film indécidable.

- 8 novembre - les frères Coen, Inside Llewin Davis - Le pendant masculin de France Ha. A croire que le passage n'est plus de l'enfance à l'âge adulte, mais de l'âge adulte à l'âge adulte. On s'ennuie.

- 11 novembre - Alfonso Cuarón, Gravity - Dans le genre palpitant, je préfère Stallone combattant le Vietcong avec un cure-dents. Mais bon, pourquoi pas. C'est vrai que s'agissant de paysages à couper le souffle, je préfère Hubble. De l'espace comme la mer: l'aide n'a pas de frontière, chacun doit assistance à un navire en détresse.

- 14 novembre - Christophe Offenstein, En solitaire - De très belles images, mais je suis déçue. Un solitaire sans solitude, un film qui manque d'âpreté, qui n'est pas assez dépouillé. Il est réduit à un téléfilm. Je songe à Gordon Pym (épuisement de toutes les péripéties possibles) et à Conrad (Souvenirs, barrer son bateau à l'oreille (le vent dans la voilure), la mer sans gratitude, féroce, dangereuse).

- 30 novembre - Claude Lanzmann, Le dernier des injustes. Lui aura droit à une entrée sur VS, quand j'aurai le temps.





DVD et vidéos
Liste commencée pendant l'été.

- 5 août - Otto Preminger, Laura

- 5 août - Alfred Hitchcock, Agent secret

- 5 août - Don Siegel, Evadé d'Alcatraz

- 17 août - Oliver Hirschbiegel, La Chute - Un film plutôt mauvais, en fait, qui ne vaut que parce qu'on sait que la secrétaire a été témoin à 25 ans: nous voyons quelque chose qui a dû se passer à peu près comme ça. Nous touchons un reflet de la vérité. Il faut maintenant que je regarde l'interview de la vieille dame.

- 18 août - Jonathan Lynn, Mon voisin le tueur - un film familial que nous connaissons par cœur. «— J'essaie de faire souffrir le moins possible. - Moi aussi.» «Vous avez tué dix-sept personnes et vous trouvez que ma femme n'a pas un bon fond?»

- 21 août - les frères Wachowski, Bound - vidéo d'une qualité lamentable, mais film beau (par la beauté d'une actrice) et éprouvant. La première fois que je l'ai vu, c'était en rentrant de l'enterrement de mon grand-père, mars 1997. Mais qu'avions-nous fait des enfants? Je ne sais plus.

- 22 août - Joseph Cedar, Footnote - C'est très fort: une enquête philologique inattendue (je veux dire qu'on ne l'attendait pas, au bout de trois quart d'heure de film). Bande-son magnifiquement adaptée.

- 26 août - DVD accompagnant La Chute: interview de Traudl Junge, la secrétaire d'Hitler (Dans l'angle mort) et début de celui d'un des gardes du corps encore vivant, Rochus Misch.
Philippe de Broca, Le Magnifique en famille (à cause de Sept ans de réflexion) puis L'As des as (Gérard Oury) pour faire plaisir à A. Je crois que je ne peux plus regarder de fiction sur le sujet, surtout en ayant vu l'interview de la secrétaire d'Hitler le matin même.

- 27 août - Mike Newel, Donnie Brasco - Palpitant. Le problème, c'est que devant les DVD je bricole, donc je ne suis jamais totalement concentrée.

- 28 août - Clint Eastwood, Impitoyable

- 30 août - David Fincher, The Social Network

- 31 août - Henri-Georges Clouzot, Quai des orfèvres

- 1 septembre - suite du DVD accompagnant La Chute: fin de l'interview de Rochus Misch et début de celui de l'aide de camp Bernd Freytag von Loringhoven.

- 8 septembre - Emil Weiss, Yeshayahou Leibowitz - Il faut que je le transcrive. C'est difficile d'écouter un film en hébreu.

- 12 septembre - Jean-Luc Godard, A bout de souffle, partiellement (j'ai dû aller chercher Olivier).

- 13 septembre - Henri-Georges Clouzot, Le Corbeau

- 14 septembre - John Sturges, Les Sept Mercenaires - Je dois avouer que j'ai toujours eu un béguin pour Bronson (Belmondo était ce qui approchait le plus Bronson en version française) puis Stanley Kubrick, Docteur Folamour.

- 15 septembre - fin d'A bout de souffle - C'est vraiment très beau, visuellement très beau, + charme de l'accent de Jean Seberg. Evidemment cœur serré à regarder Jean Seberg. Je me souviens de l'annonce de sa mort, entendue à la radio. Peut-être était-ce à cause de Romain Gary et de La vie devant soi, dont l'anecdote m'avait tant frappée.

- 20 septembre - Pablo Giorgelli, Les Acacias - Mais comment ont-ils fait avec le bébé ? C'est bien.

- 22 septembre - Robert Thalheim, Et puis les touristes - ce film si tranquille, tellement "en retrait de la main", m'impressionne toujours autant. Il représente pour moi toute la soif de la jeunesse de l'est et l'atonie de celle de l'ouest.

- 26 septembre - Marc Rothemund, Sophie Scholl, les derniers jours (toujours Marc qui me poursuit).

- 29 septembre - Frank Darabont, La ligne verte (1999).

- 4 octobre - John Huston, Le Faucon Maltais (1941).

- 6 octobre - Alain Berbérian, La Cité de la peur (1994). avec O. qui voulait le regarder parce que ces copains en parlent tout le temps. C'est nul mais c'est fait pour.

- 8 octobre - Fabián Bielinsky, Les 9 Reines (2000). Je l'avais vu à Toulouse quand je passais le DEUG de philo, je voulais le montrer à H. J'aime bien ce film.

- 20 octobre - James Cameron, Terminator II (1991). Une moitié après la dispute (Olivier avait commencé à le regarder sans nous). Le meilleur des Terminator, assurément. Le premier film de ce genre (genre actions) que j'ai vu (à Aubervilliers, enceinte de Clément). Le premier d'une longue série.

- 25 octobre - Jonathan Mostow, Terminator III (2003). C'était donc dans celui-ci que se trouvaient les cascades en camions qui m'avaient tant marquées.

- 28 octobre - Thomas Carter, Coach Carter (2005). La version du Cercle des amis des poètes disparus pour Noirs et pauvres. Pas désagréable.

- 30 octobre - François Truffaut, La sirène du Mississippi (1969). Je me souvenais de ce film, il était resté gravé en moi plus de vingt ans, le début («votre mensonge est plus beau que le mien») et la fin (la disparition dans la neige).

- 1er novembre - Guy Ritchie, Sherlock Holmes, 1 (2009) et 2 (2011), matin et soir.

- 3 novembre - Jim Sheridan, Dream House (2011). Sans doute le film dans lequel David Craig a rencontré sa femme. Un film intéressant, après un début agaçant car incompréhensible.

- novembre - Barry Levinson, You don't know Jack (2012). Avec Al Pacino, mon préféré. Le film est peut-etre bon, mais il me gêne plus qu'il ne m'emballe.

- 9 novembre - Matthew Vaughn, Layer Cake (2004). Comme le Snatch, c'est-à-dire bien moins bon que le premier du genre, Arnaques, crimes et botanique. Daniel Craig ressort par sa netteté, sa façon de tenir son dos. Musclé finement, c'est dommage qu'il est été alourdi pour les James Bond.

- 11 novembre - Kung Fu Panda (2008). Le film que les garçons acceptent de voir vec nous après le départ de tout le monde.

- 21 novembre - François Truffaut, Le dernier métro (1980). L'art du cadrage à quelques minutes de la fin, les images de l'hôpital, de Depardieu blessé. C'est à peu près tout, un film sur le cinéma, assez convenu, avec de bons acteurs.

- 28 novembre - Davide Ferrario, Le Voyage de Primo Levi (2008). Le film est plus récent que je pensais et "grâce à" la crise, on peut penser que cela n'a pas beaucoup changé. Voir le film juste après avoir vu le livre n'est pas une bonne idée, il manque trop de détails, d'anecdotes. Je ne me souvenais pas de l'intervention de Wajda. La place Ronald Reagan et le boulevard Jean-Paul II à Cracovie

- 8 et 9 décembre - Claude Lanzmann, première partie de Shoah

- 9 décembre - Francisco Rossi, La Tregua. Italien sous-titré italien! Décevant. Pas si mal, mais décevant.

-13 décembre - The Big Bang Theory - Une bonne partie de la saison 4. Je commence à me détendre.

- 17 décembre. suite de la saison 4 et début de la 5. Toute la matinée en commentant sur FB.

- 20 décembre. suite de la saison 5.

- 21 décembre - Brad Furman, La Défense Lincoln (2011). Premier film avec l'Apple TV.

- 22 décembre. J. C. Chandor, Margin Call (2011) et la moitié d'Inside Job (Charles Ferguson, 2010)

Les billets et commentaires du blog alicedufromage.free.fr sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.