Billets pour la catégorie 2014 :

Rien

Aucun point saillant dans cette année. Repos ou "consolidation", si l'on veut être positif.



La découverte que je pouvais être malade de chagrin, au sens propre, ce qui est bien rassurant sur moi-même.

Diagnostic

Clément suggère que les étouffements qui me prennent après les repas sont peut-être dus à une allergie. Pas con.
(Impossible de me souvenir du moment où cela a commencé: il y a un mois environ?)

Résumé

- le 24 : finalement messe à 23 heures (seule).
- le 25 : chez mes parents. Très beau soleil. Scrabble (je suis nulle) et triomino (un peu mieux).
(Ah si, très important : j'apprends que ma fille souhaite hériter de TOUS mes livres et que le petit dernier lui disputera les Pléiade.)
- le 26 : chez ma tante. Elle se pose à peu près les mêmes questions que moi sur ses cheveux blancs (mais elle est née en 1941).
- le 27 : retour. Le soir Les mondes de Ralph, très bon.
- le 28 : je ne sais plus. Pas ramé, sommeil, trop froid. Rangement et ménage, un peu. Hervé passe mon Mac sur Yosemite. Dur, dur. Je finis Le détroit de Behring et continue la mise en note de L'Eglise de Congar. Fastidieux.
- le 29 : Hubert le matin. Sous tension.

Endurance

Un séjour chez mes parents et ma tante me permet de découvrir Money drop.

Après une question sur les poux (une femelle peut pondre jusqu'à dix œufs par jour), la présentatrice précise que le pou mâle peut satisfaire jusqu'à dix-huit femelles de suite:
— Ça c'est du mâle Alpha ! s'exclame Olivier qui en paraît enchanté.

Avant Noël

Matinée loin d'internet pour tenter d'en finir désespérément avec cette dissert de philo que je n'écrirai jamais, je crois. Enfin, le plan est fait. «Nous fuyons ce qui est important». Je ne vais tout de même pas rater ce cursus pour une dissert de philo, après une en exégèse et une en théologie? Eh bien il se pourrait que si. (Mais non. «Essaie encore, petit scarabée.»)

Derniers cadeaux de Noël. Il reste l'engrais pour les orchidées à aller chercher. Claude revient demain, mais qu'allons-nous faire demain soir, avec les tendances intolérantes de plus en plus prononcées d'Hervé? C'est stupide, nous devrions être en famille (élargie), la seule fois où nous avons manqué à cette règle a été d'une profonde tristesse (il y a longtemps, plus de quinze ans). En famille ou à l'église (ou les deux), sinon ce n'est pas Noël (ou rien, ce qui est aussi une possibilité. Plutôt rien qu'une pure fête de la consommation).

22 décembre

Retour au bureau pour une journée: il ne me reste que deux jours de congé puisque je suis allée à Liège; je n'ai plus de quoi m'absenter toute la semaine (l'entreprise est fermée le 26).

Passage à la boutique du Louvre pour un cadeau pour ma sœur (j'aime beaucoup leurs étoles et carrés de soie). Je constate que les rayons livres et objets ont été inversés, les livres sont désormais au premier étage (mais qu'en déduire?). J'erre entre les piles, je passe un long moment devant des "horloges de table" entièrement mécaniques, dont une en bois. Elles me fascinent. A la caisse, l'homme devant moi au look un peu clodo tient Grammaire des jardins. Sa fille de huit ans lui demande: «Tu vas le lire?» Il répond avec sérieux: «Probablement».

J'ai fini la biographie de Bonhoeffer par Metaxas. Je suis frappée des points communs entre son attitude et celle d'Etty Hillesum à la fin de leurs vies. La même lumière, la même joie.

Eaux brunes

Impossible de ramer la semaine dernière pour cause de brouillard.
Aujourd'hui, le courant est rapide et le niveau de la Seine a beaucoup monté. L'eau est brun sale et charrie beaucoup de déchets, à commencer par des débris végétaux, branches et troncs, dangereux pour nos coques. Les péniches semblent dévaler la Seine comme les enfants une pente: «Normal, explique quelqu'un, il faut qu'elles aillent plus vite que le courant pour être manœuvrables.» Mais oui, c'est évident, c'est une question de physique.
Je contemple les arbres et me dis que j'ai été absente trop de week-ends: je n'ai pas vu la dernière chute de feuilles.

Monté la crèche, décoré le sapin.

Je continue mes notes sur L'Eglise de Congar. Livre aride, technique, dont le titre complet devrait être quelque chose comme L'évolution de l'idée d'Eglise à travers deux mille ans de christianisme. Exemple : le détournement de la pensée de Gélase:
«Il existe en effet deux instances par la primatie desquelles le monde est régi: l'autorité sacrée des pontifes et le pouvoir royal. En cela, la charge des évêques est d'autant plus importante qu'ils auront à répondre, au tribunal de Dieu, pour les rois eux-mêmes» «Duo quippe sunt, imperator auguste, quibus principaliter mundus hic regitur: auctoritas sacra pontificum et regalis potestas. In quibus tanto gravius est pondus sacerdotum, quanto etiam pro ipsis regibus hominum (domino?) in divino reddituri sunt examine rationem.»

Yves Congar, L'Eglise, p.32-33 (Cerf, 1970)
Au VIIIe et IXe siècles, cette citation est reprise dans un autre contexte:
Le Christ est à la fois prêtre et roi, selon le type biblique de Melchisédech. […] C'est pourquoi les deux pouvoirs, que le Christ réunit, se trouvent, mais séparés, dans son corps fait des fidèles. […] Et l'on cite le texte de Gélase, «Duae sunt» (supra, p.52)

Mais ce texte a subi ainsi un changement profond de sens. Pour Gélase, c'était le monde, mundus hic, qui était régi, comme par deux principes, par les évêques et par les rois. Pour l'épiscopat carolingien, c'est l'ecclesia-corpus Christi, l'Eglise-Corps du Christ. C'est au point que, si le texte de Gélase est souvent cité avec les mots originaux «mundus hic», «ce monde», bien que dans un contexte d'application à l'ecclesia, il arrive que les mots «mundus hic» soient remplacés, dans la citation même, par ecclesia ou, en tout cas, que le gouvernement de l'ecclesia soit attribué aux pontifes et aux rois. […] Ainsi ecclesia désigne, non plus (seulement) ce que nous appelons l'Eglise, mais le peuple des baptisés ou des fidèles, la société des chrétiens.

Ibid., p.52-53

Anecdote zemmourienne au petit déjeuner

(Le titre fait référence à cet article.)

Voyage Tours-Mulhouse, à cinq, trois garçons, deux filles. Arrêt dans une station-service. Récit :

— Donc on est allé pisser. Quand on est entré dans les toilettes, il y avait un noir à quarante-cinq centimètres des pissotières en train de défaire la boucle d'un gros ceinturon. Il a descendu sa braguette, fourragé dans son slip et a sorti un sexe,… (Il regarde autour de lui, saisi la baguette de pain entamée dont il reste vingt-cinq à trente centimètres, s'en empare, la brandit) …J'vous mens pas, grand comme ça… (Il contemple la baguette pensivement, encore effaré à ce souvenir.) Il a pissé en visant la pissotière puis il a commencé à se rhabiller, c'était compliqué, ranger un engin pareil (dit-il en essayant de nous faire partager la sensation de difficulté). A ce moment-là Steve est entré, il a vu ce black au milieu de la salle en train de fourrager dans son pantalon… T'aurais vu sa tête… Le black est parti et on a tous éclaté de rire.
Ensuite, quand on est revenu à la cafèt, on a raconté aux filles et Aline a demandé: «Pourquoi ça ne nous arrive jamais, à nous ?». Alors je lui ai indiqué le black qui prenait un café: «Be my guest».
On a discuté, on est parvenu à la conclusion qu'il ne devait jamais bander très dur, parce que tu te rends compte, si ce type remplit ça (brandissage de la baguette de pain) de sang, il ne lui en reste plus au cœur, il s'évanouit (et Steve a dit que ce n'était pas grave puisqu'il était dans un lit).
— Ce que c'est qu'être entre scientifiques…


---------------------------
Agenda:
Acheté un sapin. Retour dans la décapotable décapotée, le sapin sur les sièges arrières. Tête des passants.
Le soir un épisode de Star Treck. Docteur Jekill et Mister Hyde. Incroyable dimension schmittienne: est le chef celui qui décide et prend la responsabilité de la décision.

Dernier jour (de la semaine)

Commissaires aux comptes. Celui que nous aimions le moins est parti — "chez Mazars" nous dit l'associée du cabinet, à la fois fière de montrer l'évolution de ses salariés et déçue de ne pas avoir pu retenir quelqu'un recruté "par Mazars". Je me retiens de lui dire que ce n'est pas une grosse perte. Je fais rire ma collègue en lui disant que c'est peut-être grâce à moi qu'il a été embauché, grâce à mon cours brillant qui avait démonté ses certitudes et l'avait laissé penaud.

A midi, trop de courant pour sortir. Tank à ramer armé en pointe. Cela permet de corriger la position du corps. Ampoules puisque les mains ne sont pas habituées à ces rames. Comme le bassin est fermé et que l'eau ne peut pas s'échapper, cela donne l'impression de ramer contre de la boue, c'est très dur.

Soirée chez les voisins. Une fois de plus je regrette d'avoir montré du feu dans une discussion qui sur le fond n'avait pas de réponse et ne valait pas tant de chaleur («vaut-il mieux s'appuyer sur des principes ou tenter de discerner le mal? (sous-question: l'homme est-il constitutivement capable de distinguer le mal?)»). Il faut que je repère quand je dois laisser tomber, après je m'en veux, j'ai peur d'avoir blessé (bien que les autres n'aient pas montré moins de flamme).

Ave

Et soudain, en lisant « "Message de salut" (Heilsbotschaft) » dans la "note liminaire du traducteur" de Pierre Jundt, traducteur de l'Épître aux Romains de Karl Barth, je comprends pourquoi Bonhoeffer refusait le Heil nazi qu'il disait être réservé au Christ : je n'avais jamais pris conscience que "salut", en allemand comme en français (mais pas en latin — ou bien si?), relevait tout aussi bien de salvation que de salutation.

Etre / Naître / Devenir

«Paraphrasant Simone de Beauvoir qui paraphrasait Tertullien, on ne naît pas chrétien, on le devient. Imaginez un couple (un homme et une femme précise-t-il en souriant) baptisés tous les deux se mariant à l'église sans avoir consommé, tout dans les règles, eh bien, l'enfant qui naîtra sera païen… ce n'est pas vrai chez les juifs, le caractère juif s'acquiert par la filiation… quant aux musulmans, c'est encore autre chose: tout homme naît musulman par défaut, c'est la famille ou la société qui distordent cet ordre naturel.»

Il n'y a là rien que je ne savais déjà, mais isolément. Je n'avais jamais rapproché les trois modèles. Cela me laisse pensive.

Brume

Tellement de brouillard sur la Seine à Melun qu'on ne voyait pas les péniches qui passaient. Sorties interdites, pourtant un huit est parti dans le coton. Je songe à une nouvelle de Maupassant (mais laquelle?). Je regrette de ne pas avoir pris de photo: qu'aurait-on vu, qu'aurait-on compris?

Dormi tout l'après-midi. Je respire comme une bouilloire.



Je feuillette le Chenu acheté hier et trouve ces lignes de St Hilaire de Poitiers cité par Saint Thomas qui dépeignent à la fois mon impuissance et mon espoir croissants concernant mes études:
… C'est cette recherche qu'exalte Hilaire, dans son livre sur la Trinité: «Dans ta foi, entreprends, progresse, acharne-toi. Tu n'arriveras pas au terme, je le sais, mais le moindre progrès est déjà plein de grâce. Qui poursuit l'infini avec ferveur progresse, même s'il n'arrive pas à ses fins. Mais pour cela, garde-toi de prétendre percer le mystère, par cette immersion dans la vérité sans rivage; la première condition est de comprendre qu'elle passe toute compréhension.»
Somme contre les Gentils, Livre Ier, chap. 5 et 8.
Comm. sur le traité de la Trinité de Boèce, quest. 2, art. 3, rép. 5.

Marie-Dominique Chenu, St Thomas d'Aquin et la théologie, p.46

Samedi

TG sur les hérétiques du XIe et XIIe siècles. Je crains l'histoire, car contrairement à ce que je pensais à l'école primaire, elle change sans arrêt. Je n'ai jamais vu une matière dont les conclusions soient aussi souvent remises en cause.
Bref, aujourd'hui, nous en sommes à "c'est l'orthodoxie qui crée les hérétiques". Autrement dit, les hérésies vaudoises, cathares et autres ne remettaient pas en cause les canons de la foi, mais l'Eglise. Ils sont/seraient les conséquences de la réforme grégorienne. C'est très intéressant et pose beaucoup de questions à la fois sur la réalité de ce qui s'est passé (le saura-t-on jamais, pouvons-nous quoi qu'il en soit comprendre ce qui se passe dans une société?) et les volontés ou désirs des chercheurs parvenus à ces conclusions. Je ne peux m'empêcher de me demander ce qu'on dira dans trente ans. Y a-t-il un moment où ce genre de recherches se stabilisent? Le moindre parchemin peut tout jeter à bas (ce qui est vrai également en exégèse).

Très étonnamment, l'un d'entre nous s'emballe dans une dénonciation de l'Inquisition alors que le prof expliquait qu'il s'agissait d'un changement de modèle juridique, passant de la procédure accusatoire à la procédure inquisitoire (recherche de la vérité par le juge). Notre coreligionaire parle cinq minutes dans un silence amusé puis ennuyé. Le prof est très embarrassé.

En attendant Hervé, je lis debout à La Procure quasi l'intégralité de Des milliers de places vides. Une réelle enquête d'archiviste menée par un directeur d'école auteur de romans policiers (la vigueur de son style prouve son habitude d'écrire).

Tout Aristote pour environ soixante euros (plus de deux mille pages en papier bible). Non, je ne le lirai jamais. Je feuillette la Somme thomiste en bilingue et me rabats sur La «Somme» de Saint Thomas de Torrell et le Chenu sur le même sujet en point Seuil. Je prends Le Christianisme comme style car ce titre m'a proprement enchanté quand je l'ai entendu pour la première fois il y a une semaine.

Il pleut, je n'ai pas de parapluie. Hervé arrive. Déjeuner, courses (de Noël). Night Call avec des amis. Glaçant.
Dîner, souvenirs et éclats de rire.

Dieu est vivant

Dans le RER silencieux qui glisse dans la nuit, deux jeunes enfants noirs chantent derrière moi, en modulant sur des rythmes de blues (c'est ainsi que je sais qu'ils sont noirs, c'est inimitable):
Dieu est ici, il est vivan-ant,
Dieu est ici, il est vivant.

Personne ne bronche, le silence est religieux, les voix aigrelettes mais bien posées. Tous supportent patiemment, vaillamment, et cela me donne le courage d'en faire autant. J'admire le stoïcisme de mes voisins.
En me levant pour quitter le RER, je vois qu'il s'agit de deux fillettes de cinq et six ans environ.
J'ai calculé qu'à quinze secondes la ritournelle et vingt minutes de trajet, nous avions entendu quatre-vingt fois les deux phrases. Bon courage à ceux qui poursuivaient le voyage.

Hypothèse de base : Dieu existe

J'assiste à la remise des diplômes pour me préparer à la mienne dans quatre ans et demi (non, je plaisante (enfin oui, mais il peut se passer tant de choses d'ici là): pour rencontrer des têtes connues (je veux dire des amis, pas des people).)

«Soyez libres, humbles, généreux.»

J'obtiens enfin une définition de la théologie. Nous sommes dans l'église des Carmes et le doyen Thierry-Marie Courau commente: «En regardant cette présentation au temple [le tableau au dessus de l'autel], je me disais que Siméon fait de la théologie: il découvre les mystères de Dieu et les mystères de l'homme.»

Proverbes 4.13 : Retiens l'instruction, ne t'en dessaisis pas; Garde-la, car elle est ta vie.

Par ailleurs je lis une biographie de Bonhoeffer par Metaxas; c'est absolument passionnant. Par moment je me demande si Metaxas ne va pas un peu loin, par exemple quand il explique la position des théologiens libéraux dans les années 20:
[…] tels que Adolf von Harnack. Ces derniers ne pouvaient imaginer que leur forteresse historico-critique pût être aussi vulnérable. Ils étaient scandalisés par l'approche que Barth faisait de la Bible: désignée sous le terme de néo-orthodoxie, cette approche soutenait l'idée, particulièrement controversée dans les cercles théologiques allemands, que Dieu existait vraiment et que tout enseignement théologique et de l'exégèse biblique devait être enraciné dans cette hypothèse de base.

Eric Metaxas, Bonhoeffer, p.86, éd. première partie
A propos d'allemand: je ne suivrai pas de cours cette année à l'IPT. En effet, je pensais que comme l'année dernière, ils commenceraient en février. En réalité, ils ont commencé le 1er septembre et se terminent en janvier. Trop tard.

Bookcrossing

Le thème était "l'écrivain avec qui vous voudriez dîner", sur quoi j'ai fait remarquer que si je lisais un romancier, je n'avais certainement pas envie de le rencontrer.

J'ai présenté Logiques du brouillon. Trop théorique pour eux. Et pourtant Daniel Ferrer est le plus passionnant et le plus fin des convives. Je repars avec Trois femmes puissantes.

J'observe les défauts et les mauvaises manières de tout ce petit monde et je m'y sens de plus en plus à l'aise. Certes je sens bien que ce parti pris d'observation, par la distance qu'il instaure, me détache, mais ça n'a pas d'importance. Les livres mêmes que j'apporte m'isolent. Et cela m'amuse. Le vieux monsieur en face de moi feuillette mon livre et s'exclame comme si je n'avais rien compris: «Ah, mais ce sont ses livres sur Joyce qu'il faut lire!» (Euh oui. Mais si vous n'arrivez déja pas à lire celui-ci, ce n'est peut-être pas urgent d'essayer.) Il me demande: «Vous aimez les lectures difficiles?» A la table d'à côté un nouveau venu présente Le roi pâle de David Foster Wallace. En contemplant l'épaisseur du livre, je me dis qu'il n'a aucune chance [qu'on le lui emprunte] (mais n'est-ce pas tricher par rapport au thème, peut-on dîner avec un mort?) D'autres n'ont rien amené, arguant: «mais je croyais que nous parlerions d'un auteur». Oui, enfin, cela fait plus de quinze ans qu'il s'agit de bookcrossing, avant même que le terme existât: plus difficile de crosser quand il n'y a pas de book. Mais puisque plus personne ne crosse vraiment… Pourquoi sont-ils là? Pour voir du monde? Pour un sentiment d'appartenance? (Et pourquoi suis-je là? Ah oui, pour m'entraîner à la conversation (ou au silence), pour m'obliger à lire sous contrainte, pour découvrir des auteurs, pour changer de monde, après le boulot, l'aviron, la catho.)

En rentrant, je finis Le curé de Tours. Après Une tébreuse affaire, deuxième histoire de vengeance, deuxième récit exposant des rouages et des tactiques juridiques encore en vigueur aujourd'hui.
Je ne savais pas que Balzac avait fait dans le comique. Pauvre abbé, naïf, égoïste et gentil. (L'égoïsme a un statut étrange dans cette nouvelle, c'est quasi une qualité si je comprends bien les derniers paragraphes.)

Souvenirs géographiques

Week-end chez mes parents en présence de ma tante maternelle qui cherche la tombe d'un de ses oncles tué en Albanie durant la première guerre mondiale (relique familiale: le portefeuille troué de la balle mortelle). Le lieu présumé de sa mort, Voskopojë, semble de toute beauté (toujours cet étonnement qu'un lieu mythique ne soit finalement que terrestre. Je me souviens de ma surprise et de ma déception, enfant, que franchissant une frontière, ce soit exactement pareil de l'autre côté: dès lors, à quoi bon?)

Je parle de "ma" cuillère. D'après ma mère, elle aurait plutôt appartenu au grand-père de mon grand-père (né en 1911 : la cuillère aurait connu la guerre russo-polonaise de 1831? un arrière-arrière-grand-père né à peu près en 1810? Cela me paraît un peu court: l'arrière-grand-père de mon grand-père?)

Au passage je note ici le nom du village de mes grands-parents paternels: Ozegow (ainsi je ne l'oublierai plus, ou plutôt je saurai où le retrouver). Ce doit être particulièrement sans intérêt: rien sur Flickr.

Dernier lieu: le lac de Constance. Le père de mon grand-père maternel y était cantonné pendant la guerre de 1870 (ça alors! je ne me souvenais absolument pas que cette guerre avait connu des batailles hors du territoire français) et en a ramené deux pipes bavaroises au tuyau en porcelaine.

(On en concluera que les guerres étaient l'occasion de sortir de chez soi.)

Le mariage gay, non, les femmes à poil, oui.

La semaine dernière, Hervé tenait un stand au salon des maires. Comme je lui parle du livre d'Aubenas — qui n'a fait que confirmer ce que je savais, pour chaque chapitre ou presque je pourrais raconter une anecdote parallèle — et que je lui dis: «Ça va mal», il me répond drôlement: «Oui, il y avait beaucoup moins de stands que l'année dernière [Un stand coûte très cher]. Les petits éditeurs [de logiciels] ne sont pas venus. Les gens se replient sur l'essentiel. Moi ça m'arrange, je vends de l'essentiel.»

Nous avons eu peu de temps pour discuter le week-end dernier et il est parti à Mulhouse lundi.
Hier il me dit: «Ah tiens, j'ai quelque chose pour ton blog. C'était distribué au salon des maires.» Et il me tend la carte suivante (recto/verso, de la taille d'une carte postale).



Divers

Le plus important : l'escalier du quai central du RER à Yerres est rouvert. (Si, c'est important). Et il est plus large que le précédent : incroyable, ils ont PENSÉ à NOUS.

J'ai appris que César parlait grec, spontanément (il aurait prononcé ses derniers mots en grec, ai-je bien compris mon voisin?). Plutarque rapporte «Elton, eidon, enikésa», en précisant que cela rend mieux en latin: «Veni, vidi, vici»).
Moi qui croyais dur comme fer à Astérix, j'en suis toute retournée.

Hier, je ne me suis pas contentée de me battre avec mon ipod pendant que j'attendais Olivier au conservatoire. J'ai également appelé ma mère. J'ai eu droit à l'une des nouvelles qu'elle adore, celle de la catégorie (quasi)-people-qu'on-connaît. En général ça commence par «Tu te rappelles de …? Eh bien il …». A cela près que cela tombe souvent à plat car je ne me souviens pas de grand monde. Il y a eu le fils du pharmacien d'Agadir cité parmi les responsables d'un scandale financier; cette fois-ci il s'agit de mon parrain: «Tu sais son fils? Eh bien, il a eu une fille trisomique et il en a fait un livre.»
(Une recherche Google plus tard, il s'avère qu'il s'agit en fait d'une BD.)

Cela fait combien de temps que je n'ai pas revu mon parrain? 1993: nous étions descendu à Talence pour un prêt bancaire, l'achat de notre premier appartement. Février 1993. Il habitait un château des Rotschild (l'un des membres de la famille, lequel?) divisé en quatre entre les deux étages et l'escalier. C'était fantastique, le salon allait d'une façade à l'autre, d'est en ouest, trouées des fenêtres ! C'était immense et inlogeable, petites chambres et salles d'eau ajoutées dans les recoins. J'avais découvert qu'il était inutile d'acheter des meubles pour ces grands espaces vides, il suffisait de disposer adroitement de grandes plantes vertes. C'était très beau et très serein, je me souviens encore de la lumière du petit déjeuner sur la table ronde au pied taillé d'un bloc dans un chêne, table louée avec l'appartement car on ne pouvait la déplacer.
Il a divorcé, Hervé s'est offusqué (deuxième divorce, cinq enfants), nous l'avons perdu de vue. Je lui ai écrit une fois bien plus tard, quand j'ai trouvé son adresse mail sur internet (donc en 2001 ou 2002). Il n'a pas répondu. Mais je ne suis pas très douée pour ce genre de lettre.
(En 2008, j'avais trouvé la page de sa dernière fille sur FB.)
J'aimerais bien le revoir parce que j'ai découvert quelque chose qui m'intrigue: c'est mon parrain, il était présent à mon baptême. Or mon père n'y était pas, il n'a réintégré l'histoire familiale que quatre mois plus tard. Et pourtant, je pensais que mon parrain était un ami de mon père. Est-ce pour cela que ma mère l'a choisi? Ou est-ce par elle que mon père l'a connu? Je suppose que cela doit paraître sans importance, mais ça m'intrigue. Il faut dire par ailleurs que mon parrain détonait parmi les amis de mes parents. Pas les mêmes centres d'intérêt (je n'ai jamais entendu quelqu'un écouter autant de musique que lui) et pas le même niveau intellectuel.
Mais évidemment, il est délicat de reprendre contact à l'occasion de ce livre. Ce serait bizarre.

(A me relire, je corrige: j'aimerais bien le revoir parce que je l'aimais beaucoup.)

Progrès

J'ai réussi à mettre des listes de lecture sur mon iPod. Dieu que tout cela demande du temps et de la patience. Je suis la personne la moins faite pour ce genre de choses, rien ne m'est intuitif.

La blague juive du lundi

Lundi, c'est théologie.

C'est Schlomo qui meurt à 98 ans. Schlomo est un homme bon, qui n'a jamais causé un tort, jamais fait une mauvaise action. Il est accueilli par Abraham qui après avoir parcouru son dossier du regard s'exclame:
— Comment Schlomo, tu n'as jamais commis le mal? Mais comment pourras-tu goûter le paradis si tu n'as jamais péché? Retourne en bas et cause du tort!
— Oh non, je vous en supplie, je suis fatigué, je n'ai pas le courage…
— Retourne !

Alors Schlomo retourne chez lui. Il faut qu'il trouve une mauvaise action à accomplir. Il voit Sarah, 97 ans et demi, en train de faire la vaisselle. Il réfléchit, soupire, se décide, et il lui met la main aux fesses.
Sarah se retourne et s'exclame : «Oh Schlomo, comme c'est gentil ce que tu viens de faire!»

Conseil de lecture

Il est possible que ceux qui ont aimé Twin Peaks aimeraient Van de Wetering (Un vautour dans la ville, par exemple).



-----------------------------
Agenda
Planté cinq rosiers, un par pilier. Les garçons ont fait les trous — ça creuse vite, un scout ! (Mine de rien, ça m'a bien soulagée, car creuser est épuisant, et depuis que je suis avec Hervé, c'est toujours moi qui ai planté arbres, rosiers, arbustes (lui la théorie, ayant beaucoup d'idées sur l'utilisation de la pioche, moi la pratique, dans le froid ou sous la pluie (on notera une certaine exaspération de ma part, liée à l'épuisement que m'évoquent ces travaux de terrassement)).

La blague du vendredi

— Moi aussi j'ai une histoire drôle : c'est un type qui entre dans un café.



[Silence]
Tout le monde se regarde.
Dans le silence navré il reprend:



— Elle existe en version zoophile, aussi : c'est un type qui entre dans un bar.

Les féminins de la langue

Ce billet de Guillaume me fait penser à l'obstination de France Musique à parler samedi de "la maire de Lille", et moi systématiquement d'entendre "la mère Denis".

Je suis une fervente convaincue de Madame le maire. Nous parlons d'une fonction, non d'une personne. Cf. la différence entre Madame le colonel (elle est colonel) et la colonelle (son mari est colonel).

Par ailleurs, beaucoup de noms au féminin sonnent mal du fait du "e" qui fait entendre la consonne muette au masculin (maire, évidemment, n'est pas un bon exemple).

Prévisible

Et voilà : je me réjouis de deux belles sorties d'aviron, de celles qui vous font dire: «Ça y est j'ai compris», et j'en vis une de celles qui font dire: «J'arrête, c'est inutile, je n'y arriverai jamais.»
Ena 2, François, moi, Nathalie, Patrice. Sans doute un problème de cales de hauteur, pas le même nombre à babord et à tribord — je ne m'en suis rendu compte qu'à la fin de la sortie.

Rentrée tard, trop traîné sur FB. Il ne faut pas, cela me met mal à l'aise. Je regrette toujours d'avoir écrit.

Paupérisation

Je commence En France de Florence Aubenas. Les premières lignes sont les suivantes:
Cela se passe pendant l'année de l'élection présidentielle, pas celle-là, la précédente, en 2007. On est à l'automne, au moment où, dans les fermes et les maisons de la Creuse, on remplit les cuves de fuel en prévision des grands froids. A Guéret, les agents de la Caisse d'allocations familiales (CAF) voient alors arriver des gens qui ne venaient jamais dans leurs bureaux: des retraités avec des pensions de quelques centaines d'euros à peine, mais qui vivaient silencieusement depuis toujours et se seraient étonnées d'être considérés comme pauvres. Cette année-là, ils poussent la porte de la CAF, gauches, effarés d'avoir à demander quelque allocation, se présentant tous par la même phrase: «Pour la première fois, je n'ai plus les moyens de faire rentrer le fuel.»

Florence Aubenas, En France, incipit, éditions de l'Olivier, 2014
Jeudi ou vendredi dernier j'ai eu une retraitée au téléphone en fin de journée. Elle se renseignait sur le montant de la cotisation: «Je me suis fait avoir quand ils m'ont proposé de partir en retraite. Je ne pensais pas que j'aurais si peu après 43 ans de travail. 43 ans! Je ne m'en sors pas, il faut que je retourne voir la RH pour voir si elle accepte de me reprendre.»

Sans histoire

Belle sortie en yolette White. Moi, un débutant (Orian?), Gérard, Patricia, Philippe à la barre. Heureuse et surprise de constater que la yolette de Stéphane n'a pas réussi à nous remonter, même quand Sylvie a remplacé Bruno à la barre. Je vois bien que mon coup de rame impressionne (laisse Stéphane songeur et muet), et ça me fait bigrement plaisir, car c'était totalement inattendu.

Après-midi dehors pour profiter de la douceur pour désherber et laver la voiture (cliché!) Je me suis abîmée l'épaule droite.
Je continue Twin Peaks. J'adore cette musique.

Hervé a travaillé tout le week-end pour le salon des Maires. Cela faisait longtemps que la maison n'avait pas connu ainsi de quasi-nuits blanches de développement.

Ce que le pouvoir fait aux hommes

Nous regardons machinalement Week-end royal. Je pensais avoir emprunté un gentil navet historico-romantique, c'est en fait un peu plus compliqué que cela: plus ennuyant (très lent, sans péripétie) et plus politique et psychologique.
En un mot, on y découvre que même paralysé, Roosevelt était un homme à femmes (a womanizer). Le personnage tel que joué par Bill Murray est tout à fait attachant.

Je ne me souviens plus de la phrase du scénario qui a provoqué la réfexion suivante d'Hervé:
— Les tentations sont nombreuses et je comprends qu'on y succombe. On est tellement détesté quand on dirige qu'on a soif de marques de tendresse.



----------------
Agenda

Macbeth au théâtre du Soleil par Ariane Mouchkine. Je n'ose avouer que j'ai été un peu déçue. Je crois que je préfère les théâtres de bric et de broc, où le manque de moyen oblige au minimalisme, où la salle est si petite que les comédiens sont comme les frères des spectateurs.
Très bon Macbeth, guilleret, presque drôle dans sa résistance des dernières heures.
La méthode utilisée par lady Macbeth pour convaincre son loyal mari est tout à fait convaincante.

Mésaventure

A midi, tandis que notre quatre était déjà sur l'eau, nous avons vu une yolette vide quitter le ponton et se mettre à flotter au milieu de la Seine: son équipage l'avait lâchée un instant et elle était partie.

A notre grand étonnement, elle nous parut aller plus lentement que le courant ou que nous-mêmes: était-ce parce qu'elle était vide et légère?
(Les entraîneurs l'ont récupérée en bateau moteur.)

Très beau quatre Impromptu (alleluia, avec l'équilibre!), Marc, moi, Lauren, Thierry. Et temps très doux, toujours (ce n'est pas pour maintenant que je le note, mais pour l'année prochaine).

Pologne

Vu le film de Wajda sur Walesa. Portrait qui ne cherche pas à le flatter, et qui sera à compléter du livre de sa femme, Rêves et secrets. J'entends le "Lekou" diminutif de Lech qui me rappelle le Stachkou, diminutif de Stanislas, que j'ai si souvent entendu crier à travers la cour.

Je sais si peu de choses sur la Pologne. La première fois que j'en ai vu les paysages, c'est dans Shoah, le film de Lanzmann. Ce film a été terrible pour d'autres raisons: certains visages polonais étaient exactement ceux de mon grand-père. Ce que je regardais, c'était un album de famille, et l'état des routes, les chevaux, me rappelaient ce qu'on nous racontait sur la ferme dans les années 50.

Puis Rudnicki, Les fenêtres d'or.

— Mais mémé n'aime pas les juifs !
— Oui, tu ne le savais pas ?

Kieslowsky, Tu ne seras pas luxurieux, et la phrase (lors d'un interview, pas dans ce film): «je pensais ne faire des documentaires qui ne pouvaient intéresser que les Polonais, et puis je me suis rendu compte qu'on était triste ou qu'on avait mal aux dents de la même façon partout dans le monde.»

Puis Wajda, l'un des plus beaux films que j'ai vus, Kanal, un film en noir et blanc dans les égoûts, un film où le noir devient lumière.
Et à la fin les touristes. Auschwitz, encore et toujours, mais cette fois-ci, à l'époque contemporaine.

Conrad. Souvenirs me ramène au silence de mon grand-père et à l'humour de la branche paternelle. L'introduction de Souvenirs, les guerres russo-polonaises, et cette cuillère que ma grand-mère m'a donnée en me disant que c'était le plus vieil objet de la maison, qu'elle appartenait au père ou au grand-père de mon grand-père qui l'avait avec lui quand «il avait fait la guerre contre les Russes». Mais quelle guerre? Il y en a eu tant. (Trop tard, je ne saurai jamais.)

Puis l'année dernière Szczygiel, Voyage en Pologne de Döblin et cette année Kapuscinski.

Je lui dis que pour nous, Polonais, cette attitude est inconcevable, car une tradition fondamentalement différente nous sépare. Loin d'être des sanguinaires, les rois polonais qui se sont succédé sont pour la plupart des hommes qui ont laissé derrière eux un bon souvenir. A son accession au trône, l'un d'eux a trouvé un pays avec des maisons en vois et l'a quitté avec des bâtisses en pierre, un autre a proclamé un décret sur la tolérance et a interdit d'allumer des bûchers, un autre encore nous a défendus contre une invasion barbare. Nous avons eu un roi qui récompensait les savants, un autre qui avait des amis poètes. D'ailleurs, les surnoms qui leur ont été donnés — le Généreux, le Juste, le Pieux — montrent qu'on pensait à eux avec reconnaissance et sympathie.

Ryszard Kapuscinski, Le Shah, p.70-71, Champs Flammarion 2010.
Est-ce savoir quelque chose de la Pologne? Sans doute pas. Mais je ne sais rien d'autre.
Les billets et commentaires du blog alicedufromage.free.fr sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.